Entourant Yvon Therriault, atteint de la SLA, on retrouve la coordonnatrice de la Société estrienne de la SLA, Francine Lachance, le secrétaire, Réjean Paradis, la coordonnatrice adjointe, Ginette Fauteux et la présidente d'honneur du premier « Bal en bleu », la dentiste Hélène Bergeron.

Maladie de Lou Gehrig: jusqu'à quatre cas par mois

Les statistiques officielles sur la terrifiante Sclérose latérale amyotrophique (SLA), mieux connue sous le nom de maladie de Lou Gehrig, cachent une réalité plus importante, en Estrie du moins: alors que le taux d'incidence est estimé à deux pour 100 000 personnes chaque année, ce sont parfois jusqu'à quatre nouveaux cas par mois qui sont diagnostiqués au CHUS.
« C'est un fait, on en voit plus qu'avant », font valoir tant la neurologue Dre Sylvie Gosselin que l'infirmière pivot Jocelyne Fortier, à l'issue d'une conférence de presse pour la tenue d'une nouvelle activité de financement en faveur des personnes atteintes.
C'est par une nouvelle activité, le « Bal en bleu », à l'image de la centaurée bleue qui est l'emblème floral de la SLA, que se tiendra le 15 février prochain une soirée-bénéfice pour aider concrètement les gens atteints de cette maladie incurable à l'issue fatale.
Textes complets dans La Tribune de vendredi.