L'UdeS demande un effort de 6,1 M$ à ses syndicats

Afin de faire face aux compressions de la prochaine année financière, l'Université de Sherbrooke demande un effort de 6,1 M $ à ses syndicats.
Martin Buteau
Une rencontre a eu lieu avec l'ensemble des syndicats (une dizaine environ), vendredi dernier, et la direction a commencé à les rencontrer individuellement.
La direction envisage notamment des reports d'embauches, des changements aux directives de frais de déplacement et des coupes dans le perfectionnement et la formation continue. L'objectif est d'éviter des mesures radicales.
« On pense que si on avait la collaboration des syndicats, on pourrait ne pas toucher aux conditions salariales et ne pas faire de coupes de postes au-delà de ce qui est normalement fait », commente Martin Buteau, vice-recteur aux ressources humaines et à la vie étudiante à l'UdeS.
Au sein de l'institution, des postes se créent, se transforment ou disparaissent, rappelle-t-il.
Texte complet dans La Tribune de jeudi.