Luc Fortin voit Sherbrooke en rouge

Après avoir vu Jean Charest occuper le poste de député de Sherbrooke pendant 14 ans, Luc Fortin a bien l'intention de repeindre en rouge cette circonscription aujourd'hui représentée par le péquiste Serge Cardin. Son but? « Redonner aux Sherbrookois une voix à l'Assemblée nationale. »
Diplômé en science politique à l'Université de Montréal, Luc Fortin s'est retrouvé sur la colline parlementaire dès 2006 en occupant entre autres le poste de conseiller aux communications de Jean Charest.
Souhaitant habiter Sherbrooke depuis déjà quelques mois, M. Fortin a reçu un appui inconditionnel de la part de l'ancien premier ministre, mais aussi de toute la grande famille libérale.
« Oui, je viens de l'extérieur et je n'ai jamais habité Sherbrooke même si j'ai de la famille ici, mais depuis les Fêtes, je souhaite y installer ma famille et offrir à mes deux enfants un avenir prospère en attirant des emplois à Sherbrooke et en redonnant une voix forte aux gens de Sherbrooke à l'Assemblée nationale. Parce que nous devons l'avouer, M. Cardin n'a pas été très présent à Québec principalement depuis le 4 septembre 2012. D'ailleurs, mon but n'est pas de chausser les grands souliers de Jean Charest en prenant sa relève, mais bien de remplacer M. Cardin », souligne Luc Fortin.
En soutenant l'entrepreneuriat et en créant des opportunités d'emploi, M. Fortin vise à retenir les jeunes dans la région.
« J'entends mettre tout mon coeur et toutes mes énergies afin que Sherbrooke relève avec brio les défis auxquels elle fait face, notamment sur le plan économique », dit-il.
« Mon but n'est pas de chausser les grands souliers de Jean Charest, mais bien de remplacer M. Cardin. »
Âgé de 31 ans, M. Fortin estime qu'il représente bien le vent de renouveau que souhaite souffler le Parti libéral.
« Je ne compte pas tourner la page sur l'époque de Jean Charest, car en quelque sorte, plusieurs membres de son équipe m'entourent aujourd'hui. Je mise toutefois sur le jugement des gens en espérant que ces derniers reconnaissent mes capacités professionnelles et personnelles en m'élisant. (...) Je ne me lance pas en politique à Sherbrooke dans un esprit de vengeance, car l'aspect de la victoire en politique est plutôt éphémère. Je veux simplement remplir le rôle d'un bon député qui sera au service et à l'écoute de ses citoyens tout en étant présent à Sherbrooke et à Québec », résume le candidat libéral dans Sherbrooke.