Louis-Olivier Théroux perd son combat contre la maladie

Le Sherbrookois d'origine Louis-Olivier Théroux est décédé le 23 janvier à l'âge de 29 ans, à la suite d'un combat contre l'insuffisance rénale.
Celui qui est né sourd et devenu aveugle à l'adolescence avait fait au cours des dernières années l'objet de reportages dans La Tribune, en raison de son parcours inspirant à plusieurs niveaux. Malgré son handicap, Louis-Olivier Théroux se décrivait comme quelqu'un que rien n'arrête.
En effet, même s'il n'entendait pas et qu'il voyait très peu, M. Théroux a été à l'université accompagné d'une interprète, qui lui transmettait les propos du professeur en tenant sa main et en épelant les mots avec ses doigts. Il a aussi toujours été un artiste, peignant d'abord puis se réorientant vers la sculpture lorsque sa vue a baissé. Il se gardait en forme en pratiquant le judo.
Celui qui a voyagé dans une douzaine de pays travaillait lors de son décès à l'écriture de deux livres, L'homme râpé, une autobiographie, ainsi qu'un roman de fiction, L'archer aveugle.
M. Théroux a eu un fils, Raphaël Théroux-Ouellet, avec sa conjointe Geneviève Ouellet.
Une cérémonie intime aura lieu au mois de mai à l'occasion de l'inhumation des cendres en forêt, dans le cimetière naturel de la Coopérative funéraire de l'Estrie.