L'intérêt national et celui des Sherbrookois

À pareille date l'an dernier, la Régie de l'énergie a refusé de prendre en considération les soucis budgétaires du gouvernement provincial pour fixer les tarifs d'électricité. Cette année, c'est sous la contrainte d'une loi qu'elle a dû le faire.
Des paramètres complètement ignorés lors de l'approbation du nouveau mode de facturation pour l'électricité qu'Hydro-Sherbrooke achète d'Hydro-Québec, qui fera perdre 7,4 M $ par année à la Ville. « Des intérêts nationaux étaient en jeu l'an dernier, ils sont beaucoup moindres », répond le ministre responsable de l'Estrie, Réjean Hébert.
    À lire dans La Tribune de jeudi.