Les soeurs acceptent de sauver le Collège Rivier

Deux mois avant sa fermeture prévue le 30 juin prochain, le Collège Rivier a « rouvert » ses portes jeudi après-midi suivant une rencontre qui me manquera pas de s'inscrire dans les faits marquants de son histoire. Or, si la contre-offensive du comité de relance du Collège Rivier avait pris de court les Soeurs de la Présentation de Marie suivant leur décision de fermer l'école, le moins que l'on puisse dire, c'est que les religieuses ont su décontenancer à leur tour les représentantes du comité de relance en leur offrant le bâtiment qu'occupe le Collège Rivier au montant symbolique de 1 $.
De plus, pour l'année scolaire 2014-2015, elles maintiendront le versement de 8 % de la masse salariale.
«Ce qu'on voulait, c'était de leur dire à quel point on était reconnaissant pour tout ce qu'elles avaient fait, qu'on comprenait leur situation et qu'on était prêt à poursuivre leur mission, mais qu'il fallait qu'elles nous donnent les moyens de le faire, raconte Chantal Ladouceur, enseignante et porte-parole du comité de relance. C'est là qu'elles nous ont légué le bâtiment pour 1 $. C'était vraiment inattendu. »
Malgré cette heureuse nouvelle, les membres du comité de relance sont pleinement conscientes que le véritable travail ne fait que commencer et que l'on devra se retrouver les manches dès demain. Par ailleurs, suivant les plans budgétaires déjà établis, un équilibre budgétaire est déjà prévu, et ce, suivant le maintien du nombre actuel d'élèves à 131, incluant 32 pensionnaires. Les membres du comité de relance sont persuadés que les parents ayant déjà inscrit leurs enfants dans une autre école par mesure préventive seront des plus heureux de renverser la vapeur. Bien entendu, la direction devra aiguiser son crayon et réaligner les chiffres afin de devancer une relève institutionnelle prévue pour 2018. Rappelons que le Collège Rivier compte une quarantaine d'emplois à temps complet, à temps partiel et saisonnier.
Quant au conseil d'administration et suivant le retrait des religieuses, des modifications devront être apportées à la structure juridique de l'organisme, celui-ci ayant été légalement constitué en vertu de la Loi sur les corporations religieuses. « Étant donné que c'est une nouvelle corporation qui démarre, c'est un tout nouveau conseil d'administration qui sera mis en place, mais il est encore trop tôt pour préciser quelle forme juridique sera adoptée », confirme Mme Ladouceur. Il va sans dire que le comité de relance maintient plus que jamais la rencontre prévue avec les parents mardi prochain à 19 h au Collège Rivier.