Les retombées potentielles sourient aux élus (suite)

Voir au-delà de la bonne idée
La conseillère Hélène Dauphinais invite quant à elle à voir au-delà de la bonne idée. « D'un point de vue plus large, je me demande pourquoi cette initiative n'est pas gérée par le gouvernement du Québec. Il y aura des représentants de Québec et Gatineau, en plus de ceux de Sherbrooke, à Los Angeles. Est-ce qu'il ne pourrait pas y avoir une seule équipe pour toute la province? J'espère que ce voyage repose sur une analyse qui détaille des objectifs clairs et qui permettra de mesurer clairement les résultats. »
Les frais engendrés par la représentation de Sherbrooke à Los Angeles sont ceux des billets d'avion, de restauration et d'hébergement. S'ajoute une somme de 1500 $ pour l'inscription au congrès. Les frais du congrès et de l'hébergement sont partagés à parts égales entre Destination Sherbrooke et Tourisme Cantons-de-l'Est.
« Quand on regarde les dépenses par rapport au budget global de la Ville, ça semble dérisoire, mais ça ne l'est jamais si les sommes ne sont pas justifiées », prévient Hélène Dauphinais.
La conseillère de l'arrondissement de Fleurimont écorche au passage le Festival cinéma du monde de Sherbrooke, qui reçoit 48 500 $ de la Ville de Sherbrooke par le biais de sa politique culturelle et 25 000 $ de Destination Sherbrooke grâce à son Fonds de développement récréotouristique. « Le festival aura un financement semblable à celui pour animer la place Nikitotek pendant sept soirs au début juillet et à la fin août. La contribution de la Ville aurait été approuvée au comité exécutif, mais le projet n'a pas été présenté au conseil municipal », déplore-t-elle.
« L'argent est réparti dans plusieurs petites enveloppes et il devient difficile de savoir ce qui coûte quoi... »