Les phares de l'imaginaire

Faites-vous un rapprochement entre Coaticook et Saint-Élie-de-Caxton ? Les deux accueillent des cohortes de visiteurs dans l'irréel. Un arbre se consume et se régénère sous nos yeux dans les sentiers d'animation de Foresta Lumina tandis que l'arbre de Fred Pellerin produit des paparmanes.
Ces deux communautés se laissent porter par la douce folie de la créativité et s'en imprègnent, réalisant que nos sens cherchent des routes pour s'évader, errer et s'égarer.
 À lire dans La Tribune de samedi.