Yves-François Blanchet

Les opposants au dépotoir s'immiscent dans la campagne

Le Groupe d'opposants au dépotoir de Drummondville (GODD) a profité du premier anniversaire du référendum sur l'agrandissement du site d'enfouissement de Saint-Nicéphore pour s'immiscer dans la campagne électorale.
Le Groupe a accusé le ministre du Développement durable, de l'Environnement, de la Faune et des Parcs et député de Johnson, Yves-François Blanchet, de ne pas avoir respecté la volonté populaire en autorisant l'agrandissement du site de Waste Management.
« Malgré ce résultat décisif, les autorités municipales et le ministre n'ont pas respecté la volonté populaire. Il est difficile de concevoir le non-respect d'un référendum au Québec, alors que le thème référendaire occupe une place importante dans l'esprit des électeurs à toutes les élections provinciales », a indiqué le porte-parole du GODD, Jean-Guy Forcier.
Après avoir subi deux échecs lors des élections municipales drummondvilloises, le Groupe tentera une fois de plus d'influencer l'électorat. Sans cibler un candidat en particulier, il a clairement invité les gens qui supportent sa cause à éviter le Parti québécois.
« Nous croyons aux outils démocratiques dont dispose la population. Cependant notre confiance aux élus qui nous ont représentés dans le dossier du site d'enfouissement est totalement rompue. Le 7 avril, la population exercera son droit de vote pour choisir des représentants qui ont encore quelques jours pour démontrer qu'ils respecteront et feront la promotion de la démocratie au cours de leur mandat », a ajouté M. Forcier.
Le ministre Blanchet persiste
Interpellé pour une énième fois sur sa décision d'autoriser Waste Management à enfouir 2,3 millions de tonnes de déchet supplémentaire sur le site, Yves-François Blanchet a répété qu'à son avis, ce choix respecte le résultat du référendum.
En effet, le référendum portait sur l'agrandissement du dépotoir. Or, les nouveaux quotas d'enfouissement concernent la phase 3A du site, lequel était déjà développé. Le ministre péquiste a, ainsi, bloqué le projet de développement de la nouvelle phase 3B.
« Nous avons déjà trop souvent donné les mêmes réponses aux mêmes allégations en ce qui a trait au site d'enfouissement de Saint-Nicéphore. La détermination des opposants est une chose, la vérité en est une autre. Waste Management a demandé 12 millions de tonnes et ils en ont obtenu 2,3 millions. Il a demandé 20 ans et en a eu 5. Ils a demandé l'ajout de 22 cellules et n'en a obtenu aucune. Zéro. Il n'y a pas eu d'agrandissement, pas un seul pouce carré », a-t-il conclu.