Les membres du SAREUS se font entendre

Les membres du Syndicat des auxiliaires de recherche et d'enseignement de l'Université de Sherbrooke (SAREUS) avaient préparé un comité d'accueil à la partie patronale, jeudi matin, alors que les deux parties rencontraient le conciliateur dans le dossier des négociations de la convention collective.
Le rassemblement a eu lieu à l'hôtel Delta de Sherbrooke. Les manifestants voulaient ainsi faire savoir leur mécontentement face à l'évolution des pourparlers.
Rappelons que cette rencontre est déterminante pour la suite des choses. Plusieurs scénarios de moyens de pression sont sur la table en ce moment, comme la grève ou l'arrêt des corrections des examens.
Selon le président du syndicat, Philippe-Antoine Demers, le SAREUS  souhaite que le dossier progresse avant d'en arriver à des moyens de pression. « On est toujours dans une optique de négociation et de règlement », observe-t-il.
Advenant que les pourparlers n'avançaient pas, les membres pourront être consultés rapidement, puisqu'une assemblée générale annuelle était déjà prévue le 31 mars. « Les membres sont derrière nous et ils sont prêts à faire passer les moyens de pression à un niveau supérieur. »
Le SAREUS a demandé l'aide d'un conciliateur en janvier. La question salariale achoppe dans ce dossier. L'UdeS a déjà fait valoir que l'administration se montre prudente dans le contexte actuel, où les dépenses des universités sont scrutées avec beaucoup d'attention.
- Avec Isabelle Pion