Les immeubles de Corriveau mis en vente (suite)

Environ 17 millions $
La valeur de ces immeubles atteint environ 17 millions $. Comme en fait foi le rapport d'expertise déposé par la firme d'architectes Cimaise en Cour supérieure en décembre 2013, certains des immeubles de Gaétan Corriveau nécessitent toutefois d'importants travaux pour assurer la sécurité des résidants.
«C'est certain que les acheteurs devront faire des mises à niveau pour rendre certains de ces immeubles conformes. Des avis de la Régie du bâtiment du Québec ont été émis. Les acheteurs devront en tenir compte ce qui va influencer certainement le prix de vente. Tous les immeubles ont des impératifs qui doivent être analysés», rappelle Philippe Jordan.
La Maison Marquette, qui accueille une cinquantaine de chambreurs présentant des problèmes de santé mentale, fermera d'ailleurs ses portes à la fin mars. Des travaux urgents de plus de 200 000 $ sont nécessaires pour en assurer la sécurité.
«Les locataires devront être relogés en raison de l'état de l'immeuble. La sécurité de l'immeuble, mais aussi la rentabilité nous a incités à prendre cette décision. Le CSSS-IUGS travaille avec nous à trouver des endroits pour reloger ces gens. Nous faisons le maximum», assure M. Jordan.
La Résidence Saint-François, qui vaut environ 10,3 millions $, est le principal actif immobiliser vendu par le séquestre. Des travaux de conformité devront être réalisés par l'acheteur pour cette résidence d'une capacité de 160 logements.
«Une mise à niveau doit être faite en fonction de la vocation que le nouvel acquéreur voudra donner à cette résidence pour personnes âgées. Nous avons demandé une attestation temporaire, mais nous ne pouvons plus offrir de soins. C'est le refus de la certification à Claude Corriveau qui a enclenché tout ce processus de mise sous séquestre», rappelle Philippe Jordan.
Les offres doivent être envoyées au séquestre PricewaterhouseCoopers d'ici le 30 avril à 17 h.