«Les conservateurs ignorent les intérêts des créateurs»

De passage à Coaticook récemment afin de rencontrer les intervenants du milieu culturel, le député du Parti libéral du Canada et critique en matière de culture Pablo Rodriguez a fortement critiqué le projet de loi C-32 des Conservateurs portant sur les droits d'auteurs.
William Hogg et  Pablo Rodriguez
Accompagné de William Hogg, le candidat libéral dans Compton-Stanstead, M. Rodriguez a convenu qu'en raison des importants changements technologiques des dernières années, il est temps que la loi actuelle, qui date de 1997, soit revue. Il s'est toutefois attaqué à la façon dont le gouvernement Harper s'y prend.
«Lorsqu'on fait un projet de loi, il faut s'assurer que ce soit un projet balancé. Dans ce cas-ci, ça signifie qu'il faut que les consommateurs soient capables de se procurer facilement les produits culturels, mais aussi que les créateurs de ces oeuvres reçoivent une rémunération juste. Le problème, c'est que le projet de loi est complètement débalancé en faveur des grandes entreprises et des consommateurs, au détriment des créateurs», explique-t-il.
Dans sa forme actuelle, le projet de loi créerait de nombreuses exceptions qui permettraient d'utiliser gratuitement des oeuvres artistiques sans le consentement de leur auteur. «Nos opposants utilisent toujours de gros noms afin de relativiser ces pertes, en nous demandant si on pense vraiment que Bryan Adams a besoin de ces revenus-là. Peut-être qu'ils ont raison pour Bryan Adams, mais pour de plus petits artistes, chaque source de revenue est importante», soutient M. Rodriguez.