Les chambres de commerce inquiètes du budget 2014

La hausse de taxes de 5,8 % qui sera imposée aux propriétaires d'immeubles non résidentiels fait sourciller les deux chambres de commerce du territoire sherbrookois. Pendant que la Chambre de commerce de Fleurimont s'inquiète pour les petits commerçants, celle de Sherbrooke encourage les citoyens à acheter local pour appuyer les gens d'affaires d'ici.
«J'avais avisé le conseil que dans le commerce au détail, les petits commerces occupants avaient beaucoup de difficulté de location. Il y a une grosse différence entre les grandes surfaces et les petits commerçants. Une hausse de la taxe foncière de 5,8 % est très préoccupante. C'est beaucoup plus que les 3 % dans le résidentiel. C'est une pilule qui est difficile à avaler. Cette facture, les propriétaires pourraient la refiler aux commerçants, mais le taux de location est bas à Sherbrooke dans les locaux à 10 ou 15 $ du pied carré. Plus ça va, plus on perd nos petits commerçants à cause de la concurrence des grandes surfaces », fait valoir le président de la Chambre de commerce de Fleurimont François Bouchard.
<p>Louise Bourgault</p>
Rappelons que dans la présentation du budget 2014, le maire Bernard Sévigny avait évalué à environ 100 $ la hausse additionnelle pour les « petits commerçants propriétaires de bâtiments dont la valeur avoisine les 200 000 $ ».
À la Chambre de commerce de Sherbrooke, la directrice générale Louise Bourgault qualifie cette hausse de taxes de décevante.
« Nous sommes dans un contexte de plus en plus difficile. Ce sera un budget difficile à vivre. Il faudra que les élus trouvent d'autres solutions que de taxer, parce que nous avons atteint un point de non-retour. Le mur a été frappé. »
Texte complet dans La Tribune de jeudi.
Abonnement à la version électronique: