Le maire Bernard Sévigny, Abdelbari Souibgui, propriétaire de l'épicerie-boucherie Tiba, et Robert Pednault, du SPS, ont tenu un point de presse jeudi après-midi devant le commerce de la rue Denault.

Les actes islamophobes n'ont pas leur place à Sherbrooke

Les réactions sont nombreuses à la suite de la nouvelle voulant que des actes de vandalisme à caractère islamophobe sont survenus dans les deniers jours à Sherbrooke.
Le maire de Sherbrooke se dit secoué par la nouvelle révélée par La Tribune jeudi matin. Rappelons que le commerce Boucherie Épicerie Tiba, sur la rue Denault, a été la cible d'un tireur à la carabine qui a pris sa vitrine pour cible.
Bernard Sévigny, a tenu à dénoncer publiquement «ces gestes totalement inadmissibles»!
Le maire s'est d'ailleurs rendu jeudi après-midi au commerce d' Abdelbari Souibgui, en compagnie du directeur adjoint aux opérations du Service de police de Sherbrooke (SPS), Robert Pednault. Ils lui ont assuré leur soutien ainsi qu'à  l'ensemble de la communauté musulmane sherbrookoise, note un communiqué de presse.
Des gestes islamophobes de ce genre n'ont pas leur place dans une «ville universitaire, ouverte sur le monde, une terre d'accueil reconnue et fière de l'être et nous ne saurions tolérer de tels comportements! », a déclaré M. Sévigny.
Du côté du SPS, M. Pednault a assuré que tout serait mis en oeuvre pour trouver le ou les responsables de ces actes de vandalisme. Il y a aura de la surveillance dans les quartiers où se trouvent des victimes potentielles de ce genre de geste.
<p>Serge Cardin</p>
Des actes qui portent ombrage au débat sur la Charte
Ces voix s'ajoutent à celle du député de Sherbrooke qui se dit attristé d'apprendre que des actes de vandalisme à caractère islamophobe se sont produits chez nous au cours des derniers jours. Dans un communiqué diffusé jeudi avant-midi, Serge Cardin dénonce «avec vigueur les actes de vandalisme commis contre l'épicerie-boucherie halal Tiba».
M. Cardin n'estime pas que ces événements aient un lien avec le projet de loi 60 sur la Charte de la laïcité. Il craint néanmoins que cela porte ombrage au débat actuel sur la neutralité religieuse de l'État.
Le député péquiste dit déplorer qu'un acte isolé de la sorte puisse toutefois entacher «la qualité du débat autour du projet de loi sur la Charte. Je suis un témoin privilégié des échanges en commission parlementaire et ce genre de geste ne représente pas du tout le climat général » a-t-il déclaré.
Les travaux de la Commission des institutions chargée d'entendre les citoyens et organismes en audience publique au sujet du projet de loi 60 se déroulent dans le respect des idées et des divergences, dit-il.
Serge Cardin considère ces événements comme répréhensibles, mais non-représentatifs de la cohabitation harmonieuse des diverses communautés culturelles à Sherbrooke, ajoute le communiqué de presse.
Le ministre responsable de la région de l'Estrie et député de Saint-François, Dr Réjean Hébert, dénonce à son tour ces gestes d'intimidation.
«Ces gestes islamophobes sont complètement inacceptables et répréhensibles. Sherbrooke est une terre d'accueil exceptionnelle pour bons nombres d'immigrants et les communautés sherbrookoise et estrienne sont plus riches de par la présence de plus d'une soixante de communautés culturelles différentes. Des gestes d'intolérance et de violence de ce type sont à dénoncer et à condamner», affirme-t-il dans un communiqué de presse.
« Pour ma part, je considère que cela est un geste isolé, que l'ensemble des intervenants doit prendre au sérieux. Par contre, nous ne devons pas faire de lien avec le débat actuel sur le projet de loi sur la charte. Le gouvernement du Québec en est un d'ouverture et de tolérance, valeurs que je défends au premier chef comme ministre, mais surtout comme député de Saint-François. »