Lennoxville: un boulet pour la réforme Sévigny?

Est-ce que le statut bilingue de l'arrondissement Lennoxville s'est transformé en boulet pour le maire Bernard Sévigny lorsqu'est venu le temps de travailler sur son projet de réforme, la fusion des arrondissements et la réduction du nombre d'élus?
<p>Bernard Sévigny</p>
« Non, répond immédiatement le maire. Il y a quelques mois, on a statué contre le projet de loi 14 du gouvernement du Québec. Il n'est pas question de demander des amendements à la Charte de la langue française au gouvernement du Québec dans ce contexte et c'est pour cette raison que l'arrondissement demeure avec la même structure, c'est-à-dire avec deux conseillers d'arrondissement et un président, ce qui ne sera plus le cas pour l'arrondissement Brompton si la réforme est adoptée. »
Selon M. Sévigny, le dossier de Lennoxville demeure un cas d'exception.
« On ne peut pas modifier le caractère bilingue de l'arrondissement. Si Lennoxville était un district, on ne pourrait plus demander ce statut spécial. C'est juridiquement impossible de le faire », ajoute le maire.
Textes complets dans La Tribune de mercredi.
Abonnement à la version électronique: