Diane De Courcy, ministre de l'Immigration et des Communautés culturelles du Québec, était de passage à Sherbrooke hier pour annoncer la mise en place de l'Entente spécifique en matière d'immigration pour la région de l'Estrie.

L'emploi attire, le milieu retient

Le contexte démographique annoncé pour les prochaines années en Estrie constitue un enjeu majeur alors que la faible croissance de la population combinée à son vieillissement ira en s'accentuant. Cette situation compliquera la tâche des employeurs qui verront le nombre de travailleurs qualifiés diminuer - près de 30 000 emplois seront à combler d'ici 2016. La solution à ce défi démographique? L'immigration.
C'est dans l'objectif d'attirer et de retenir les immigrants dans la grande région estrienne qu'a été annoncée hier matin l'Entente spécifique en matière d'immigration pour la région de l'Estrie pour la période 2013-2018, un projet qui était attendu impatiemment par les intervenants estriens.
En effet, si l'emploi attire, c'est le milieu qui retient, d'où l'importance de conjuguer les forces de tous et chacun pour offrir le meilleur accueil possible.
« Avec cette première entente régionale, nous visons les travailleurs immigrants qualifiés dont les entreprises estriennes ont besoin pour assurer le développement. L'entente permettra aussi de mettre à profit la grande tradition de concertation de la région et l'expertise développée dans l'accueil et l'intégration des personnes immigrantes en emploi et dans leur milieu de vie», a fait savoir lors d'un point de presse
Que l'Entente soit maintenant ficelée, voilà une excellente nouvelle, assure Mercedes Orellana, directrice générale du Service d'aide aux Néo-Canadiens.
Tous les détails dans La Tribune de mardi.