Jason McClintock était sur le lac des Nations samedi dans le cadre du Championnat de l'est du Canada de ski nautique.

L'école de ski nautique Jean-Perrault tente de sortir sa tête de l'eau

L'école de ski nautique Jean-Perrault tente de sortir sa tête de l'eau après plusieurs années difficiles. Heureusement pour l'école, les inscriptions sont en hausse jusqu'à présent cet été et la tenue du Championnat de l'est du Canada et des Championnats canadiens ajoutent du lustre à la saison 2015.
«On a le camp de jour qui fonctionne bien, on a noté une hausse d'inscriptions, mais ça demeure encore laborieux, c'est un sport qui est dispendieux. Quand l'essence coûte cher, c'est encore pire, ce n'est pas un sport qui est accessible à tout le monde malheureusement», a expliqué le trésorier de l'école, AlexandreSimard.
L'école n'a pas eu beaucoup d'appuis populaires au cours des dernières années : des inquiétudes soulevées concernant le bruit des bateaux et l'érosion des berges du lac des Nations ont été soulevées, en plus de celles concernant la qualité de l'eau. M. Simard assure toutefois que ces enjeux ne causent plus d'ennuis.
«Il y a eu des études de réalisées. Pour le bruit, les gens n'étaient même pas capables d'enregistrer le nombre de décibels des bateaux avec tout le bruit ambiant provenant de la rue King et des trains qui circulent à côté. Depuis que la ville a reboisé les berges, l'impact des vagues est négligeable sur elles», souligne-t-il.
À tout le moins, les compétiteurs ont répondu présent cette fin de semaine. Une quarantaine de participants étaient de la partie, un nombre qui devrait augmenter considérablement le 12 août lorsque se mettra en branle la compétition nationale.
La motivation n'est pas toujours évidente à trouver
Jason McClintock a beau être l'un des meilleurs athlètes en ski nautique au monde, il ne cache pas que la motivation n'est pas toujours évidente à trouver.
Médaillé d'argent lors de l'épreuve de slalom aux derniers Jeux panaméricains de Toronto, Jason McClintock était de passage au lac des Nations dans le cadre du Championnat de l'est du Canada de ski nautique, un prélude au Championnat canadien qui aura lieu du 12 au 16 août, également à Sherbrooke.
L'athlète ontarien en a profité pour discuter de l'avenir de sa discipline qu'il espère plus prospère que le présent.
«C'est difficile lorsque tu ne peux pas viser les Jeux olympiques et que tu ne profites pas d'un support financier adéquat. Nous avions plus d'aide de ce côté avant. C'est de plus en plus ardu pour les athlètes», explique-t-il.
Le ski nautique n'est effectivement pas une discipline olympique pour le moment, mais l'espoir de voir son sport gagner ses lettres de noblesse anime McClintock.
«Je sais que des gens travaillent sur ce dossier depuis des années. Je crois que le Canada aurait tout intérêt à pousser fort dans cette direction. Aux Jeux panaméricains, le pays a remporté 10 médailles, je ne vois pas pourquoi le Canada ne voudrait pas nous voir triompher de la sorte aux Jeux olympiques», plaide-t-il.
Championnat difficile
Dans des conditions qualifiées de très difficiles par les skieurs en raison du vent qui a balayé le lac des Nations, McClintock n'a choisi de participer qu'à une épreuve, celle du slalom, qu'il a remporté.
Parmi les résultats notables, notons les trois records canadiens établis dans leurs classes d'âge respectives par Pierre Plouffe en slalom, en figures et en saut; le record québécois de Nellie Arcand en saut avec une longueur de 20,3 m ainsi que le record canadien en saut d'Alex Paradis avec une longueur de 51,8 m.