Le soir où le pays a failli basculer

Les cendres référendaires sont froides. Autrement, Stephen Harper n'aurait jamais osé affirmer le mois dernier en débat électoral que les discussions sur la question nationale n'étaient que « du radotage».
La charge émotive était pourtant forte le soir du 30 octobre 1995. L'inquiétude et le silence pesant des fédéralistes, que Jean Charest décrit ces jours-ci en entrevue, j'en ai été témoin. Je suivais M. Charest en coulisses. Depuis ce vote extrêment serré, les démons constitutionnels sont restés dans le placard.
À lire dans La Tribune de vendredi.