Le salon de quilles Alpha situé sur le boulevard Bourque fermera ses portes la première fin de semaine de mai. Les propriétaires envisagent actuellement la possibilité de reloger le salon de quilles dans le même secteur.

Le salon de quilles Alpha forcé de déménager pour survivre

Le salon de quilles Alpha situé sur le boulevard Bourque fermera ses portes la première fin de semaine de mai. Les propriétaires envisagent présentement la possibilité de reloger le salon de quilles dans le même secteur. «L'objectif est de déménager sur le même boulevard. Nous sommes en pourparlers en ce sens. L'ouverture de ce futur salon de quilles est prévue pour le premier week-end de septembre. Il n'y aura donc pas de quilles à Rock Forest cet été», confie Jean-Louis Erbetta soulignant que la saison estivale est, de toute façon, très peu achalandée.
L'incapacité de payer les taxes foncières est le principal facteur qui a motivé la direction du salon à vendre sa bâtisse, située au 4450 boulevard Bourque, pour déménager le salon dans des locaux plus petits. Effectivement, alors que le salon de quilles actuel comporte 16 allées de grosses quilles, le futur salon comptera seulement 8 allées, toujours de grosses quilles.
«Juste cette année, on a eu une hausse de 5 pour cent des taxes foncières. Comme plusieurs salons de quilles au Québec, on n'est plus capable de payer l'espace. Si on veut survivre, on doit la réduire. Sinon, on devra fermer complètement», soutient M. Erbetta qui est propriétaire du salon de quilles Alpha depuis son ouverture en octobre 1996.
La hausse des taxes foncières est en cause, mais aussi la baisse générale d'achalandage. «La popularité des quilles est cyclique, mais depuis la crise économique de 2008, on vit un down. Aussi, le fait qu'on ne puisse plus fumer dans les salons, ce qui est une bonne chose, a déçu plusieurs de nos joueurs qui étaient fumeurs et a donc eu un impact négatif sur l'entreprise. Il vaut mieux avoir un salon avec 8 allées toujours pleines qu'un salon avec 16 allées à moitié pleines», note le propriétaire admettant du même souffle que ses bas tarifs expliquent également le manque à gagner.
Le salon de quilles Alpha emploie une dizaine de personnes. Le personnel devrait être réduit de moitié avec le déménagement. Il n'y aura plus de bar ni de machines à loterie-poker. «On économisera sur le permis d'alcool, mais on pourra quand même en vendre grâce à notre permis de centre sportif», précise M. Erbetta.
Une vingtaine de ligues jouent régulièrement au salon de quilles Alpha, ce qui représente entre 600 et 700 joueurs. «Les gens sont déçus et l'intérêt pour un nouveau salon est grand», mentionne Jean-Louis Erbetta qui profitera de cette période de changement pour prendre sa retraite et passer les rênes à son fils Olivier qui est déjà actionnaire avec lui dans l'entreprise.
La bâtisse a été vendue à François Picard et Charles Béliveau, qui sont aussi propriétaires du terrain voisin où sont situés le Esso et le Tim Hortons, et il est trop tôt pour connaître la prochaine vocation de cette propriété.