Le prix de l'essence refuse de baisser

Le prix de l'essence dans la région n'arrive pas à baisser malgré une importante diminution des cours du baril de pétrole sur les marchés internationaux. Le litre d'essence se vend en Estrie à 1,37 $ le litre depuis le 18 août dernier.
Au début de l'été, le pétrole Brent se vendait à plus de 110 $ le baril. Le 8 septembre, il a glissé sous la barre des 100 $ pour la première fois depuis juin 2013 et à des niveaux jamais vus depuis le mois de janvier précédent.
Mardi, il a clôturé 93 $, pour perdre deux dollars hier.
Donc pourquoi le prix affiché par les détaillants estriens ne fléchit-il donc pas? Selon Anne-Sophie Hamel, conseillère en communication au CAA-Québec, il faut regarder du côté des marges de profit des raffineurs de pétrole.
« Les marges sont demeurées élevées, dit-elle. Il y a aussi les taxes qu'on doit compter. Le manque de concurrence dans la vente au détail n'aide pas non plus. »
« Il faut prendre aussi en considération la faiblesse du dollar canadien. »
Au début de la semaine, le « prix réaliste » estimé par le CAA-Québec se situait à 1,38 $.
Mais depuis jeudi, l'indicateur est à 1,34 $ le litre. Comme le prix moyen à la pompe est supérieur au prix réaliste du CAA-Québec, il est recommandé de limiter ou retarder ses « achats de carburant si c'est possible ».