Réjean Hébert, Bernard Drainville et Étienne-Alexis Boucher.

Le PQ brandit la Charte à Brompton

Il n'aura pas fallu attendre bien longtemps pour que la Charte soit mise à l'avant-plan dans la campagne électorale. Bernard Drainville a profité de son passage en Estrie jeudi pour aller visiter l'usine Kruger située dans l'arrondissement de Brompton.
« On a eu une très belle visite aujourd'hui, on a été bien accueillis dans l'usine. Des travailleurs nous ont dit «Lâchez pas avec la Charte» », a lancé d'entrée de jeu le ministre responsable des Institutions démocratiques et de la Participation citoyenne sortant lors d'un point de presse du PQ qui se tenait à Brompton.
Il a par la suite invité la population à réélire les députés sortants Serge Cardin et Réjean Hébert, mais aussi les citoyens résidant dans la circonscription de Richmond à élire le candidat péquiste Étienne-Alexis Boucher. « Un vote pour Étienne-Alexis Boucher, c'est un vote pour la Charte; un vote pour Karine Vallières [NDLR : la députée sortante libérale], c'est un vote contre la Charte », a-t-il déclaré.
« La seule façon de faire adopter [la Charte], de la faire voter, c'est d'avoir un gouvernement du Parti québécois majoritaire. »
M. Drainville a défendu sa vision d'une grande société partageant les mêmes valeurs, l'opposant à la vision du chef du Parti libéral Philippe Couillard qu'il interprète comme étant celle de mini-sociétés qui se côtoient. « Ça prend une société qui partage des valeurs communes, parce que nous sommes tous des Québécois. »
Il a également décrit la Charte comme étant garante de la reconnaissance de l'égalité de tous les Québécois et Québécoises.
Hébert et Brompton
À la suite de la décision prise mercredi par le conseil municipal de Sherbrooke d'aller de l'avant dans le projet de centre communautaire à Brompton, le député sortant de Saint-François Réjean Hébert a affirmé qu'il continuerait de porter ce projet auprès du gouvernement du Québec, qui pourrait être appelé à en financer 25 % des coûts. « C'est un projet dont j'ai discuté à quelques reprises avec [le maire] Bernard Sévigny et qui est important à la communauté de Brompton », a soutenu M. Hébert, qui se disait « très heureux » des récentes démarches du conseil.
Le projet est évalué à 2,7 M$ et pourrait recevoir une aide du gouvernement provincial par le biais du Programme d'infrastructure Québec-Municipalités (PIQM).
Certains citoyens de l'arrondissement de Brompton qui étaient présents au point de presse d'hier n'ont pas manqué de faire part de leur mécontentement à Réjean Hébert concernant la décision qui a été prise par le conseil municipal sur la réforme de la gouvernance, qui fait notamment passer le statut de Brompton d'arrondissement à district.
Le député sortant se dit en mode écoute dans ce dossier. « Je les écoute de façon critique, je leur ai demandé ce qui les satisferait », mentionne-t-il.
S'il se distance du dossier en affirmant que celui-ci relève du municipal, Hébert affirme qu'il pourrait après la campagne organiser une rencontre entre le comité de citoyens qui souhaite étudier un projet de défusion de Brompton et le ministre des Affaires municipales Sylvain Gaudreault (si celui-ci conserve son titre).