Le pickleball en constante ascension

Inconnu dans plusieurs régions du Québec, la popularité du pickleball est en constante ascension à Drummondville, notamment auprès d'une clientèle plus âgée. Tant et si bien que la Ville a fait ligner six surfaces et que des membres du Centre collégial d'expertise en gérontologie du Cégep de Drummondville s'y sont récemment intéressés.
Le pickleball est un sport de raquette s'apparentant beaucoup au tennis de table du fait qu'il se joue avec une raquette de bois et une balle de plastique. Comme au ping-pong, la balle doit faire un bond de chaque côté d'un filet central. Le sport se pratique généralement en double et la surface de jeu est approximativement de la grandeur d'un terrain de badminton. Afin de ralentir le jeu, la balle de plastique, de la grosseur d'une balle de tennis, est trouée.
«Il s'agit d'une nouvelle activité physique prometteuse pour les saines habitudes de vie de nos aînés, prétend Nathalie Mercier, gestionnaire de projet au Centre d'expertise. Déjà pas moins de 200 personnes, la plupart des retraités, pratiquent le pickleball à Drummondville. Nous saluons d'ailleurs la collaboration de la Ville de Drummondville qui vient favoriser la pratique de ce sport en le rendant accessible à la population».
Développé il y a une cinquantaine d'années dans l'ouest des États-Unis, ça fait maintenant trois ans que le pickleball a fait son arrivée à Drummondville. C'est grâce à une poignée de bénévoles, dont le président de Pickleball Drummond, Jean-Guy Moreau, que le sport ne cesse de gagner de nouveaux adeptes. On compte actuellement plus de joueurs à Drummondville que dans tout le reste du Québec.
«C'est grâce à nos bénévoles, mais aussi à la Ville qui nous permet d'utiliser les terrains gratuitement six matins et quatre soirs par semaine», statue M. Moreau. Ce dernier entend maintenant convaincre les élus d'utiliser les surfaces du complexe sportif qui ne sont pas utilisées sur les heures de bureau afin que les aînés puissent poursuivre la pratique de leur sport lorsque les conditions climatiques sont plus difficiles.
Un championnat provincial
Le phénomène est à ce point fort à Drummondville que les gens de Pickleball Québec ont demandé à l'organisation drummondvilloise de tenir une compétition provinciale. Une demi-douzaine des meilleurs athlètes de la région se sont d'ailleurs rendus à Toronto au cours des derniers jours afin de prendre part à une compétition nationale. Ils sont tous rentrés au bercail médaille au cou.
M. Moreau se dit également prêt à se déplacer afin de faire la promotion du sport dans d'autres régions du Québec. On aurait un vif intérêt pour Sherbrooke.
«Je connais bien la région sherbrookoise pour y avoir travaillé longtemps. Je suis prêt à aller leur montrer comment ça se joue», lance-t-il.
ypoisson@latribune.qc.ca