Dès le début de la partie, les Oiseaux ont en effet perdu les services des frères Poulin lorsque le cadet, Samuel, a encaissé une mise en échec à la tête. Tel que promis en début de saison, son frère aîné Samuel s'est porté à sa défense en ruant de coups Médérick Racicot.

Le Phoenix perd les Poulin... et le match

Ce ne sera pas ce week-end que le Phoenix ramènera deux victoires de son voyage en Abitibi pour la première fois de son histoire. Alors que les Foreurs célébraient leur 25e anniversaire lors du match inaugural vendredi soir, les Sherbrookois s'inclinaient par la marque de 5-4 en prolongation à leur première partie de la saison.
«On a tout de même joué un bon match, admet l'entraîneur Stéphane Julien. Même quand on perdait par trois buts, on dominait. On a eu beaucoup de tirs et de nombreuses chances de marquer. Notre indiscipline a coûté cher. On a perdu le momentum. Mais pour le reste, je ne peux pas en vouloir aux gars. À un certain moment, je devais rouler à trois lignes avec la perte des frères Poulin.»
Dès le début de la partie, les Oiseaux ont en effet perdu les services des frères Poulin lorsque le cadet, Samuel, a encaissé une mise en échec à la tête. Tel que promis en début de saison, son frère aîné Nicolas s'est porté à sa défense en rouant de coups Médérick Racicot.
Les deux Poulin saignaient toutefois abondamment après la séquence. Nicolas au poignet et Samuel au visage. L'aîné a reçu une inconduite de partie en plus de quelques points de suture au poignet. Son frangin n'est jamais revenu dans le match après s'être fait coudre la lèvre.
«Nicolas a été coupé sur la veine du poignet. On ne sait pas de quelle façon. Ça saignait beaucoup, mais il n'est pas blessé sérieusement. Il ratera toutefois la partie de samedi à Rouyn-Noranda. Pour ce qui est de Samuel, il a été fendu à la lèvre et a mal à la tête. On évaluera son état samedi», précise le pilote sherbrookois, qui craignait la commotion cérébrale.
«L'instinct a pris le dessus, confie Nicolas Poulin. On ne touche pas à mon frère et on se défend entre coéquipiers. Que ce soit lui, un autre ou même moi. J'aurais fait la même chose pour un autre coéquipier, mais ça vient me chercher un peu plus quand je vois que c'est mon frère. On n'accepte pas ce genre de coups dans notre sport.»
«J'étais content qu'il vienne prendre ma défense, mais en même temps je suis déçu de ne pas avoir joué et j'ai mal à la tête un peu, avance la recrue. J'ai aussi la lèvre recousue, mais ça fait partie du jeu.»
Si le coup était illégal, Samuel Poulin s'est quand même placé dans une position dangereuse. De vieux réflexes de midget AAA.
«Sam a coupé dans le centre. Il est encore jeune, il va apprendre, mais c'était un coup illégal. Heureusement, il va quand même bien. Pour être franc, je ne regrette pas du tout mon choix. Personne ne sera laissé à lui-même. On a du caractère, le message est passé», renchérit Nicolas Poulin.
«En début de saison, on veut montrer qu'on ne laissera pas passer ce genre de gestes, note Stéphane Julien. La ligne est mince entre l'indiscipline et le fait de prouver que l'équipe est soudée. On aurait aimé profiter d'un avantage numérique de cinq minutes tout en gardant Nicolas avec nous, mais en bout de ligne, on a su revenir dans le match et c'est positif.»
La soirée de Mathieu Nadeau
Le vétéran Mathieu Nadeau a connu une soirée du tonnerre: deux buts et deux mentions d'aide. C'est d'ailleurs lui qui a inscrit les locaux à la marque alors que Yaroslav Alexeyev était au cachot en première période.
Après l'épisode des Poulin, Mathieu Olivier a jeté les gants pour la première fois dans l'uniforme du Phoenix. L'imposant Zachary Gladu a payé le prix en étant fendu au sourcil.
Au deuxième vingt, la recrue Bailey Peach a fait parler son arme favorien effectuant un tir parfait digne des ligues majeures. Et ce, à son premier match dans la LHJMQ. Mathieu Nadeau n'a pas
perdu de temps avant de répliquer en réalisant un deuxième filet: 2-1 Val-d'Or. Un tir que le gardien Evan Fitzpatrick aurait aimé revoir.
Alors que son homologue Étienne Montpetit se montrait dominant, Nicolas Ouellet a creusé l'écart et le nouveau papa Adam Cheezo a porté la marque à 4-1.
Le Phoenix n'abandonne pas
Les Sherbrookois ont joué leur meilleur hockey au dernier tiers. Alexeyev s'est fait pardonner en sautant sur une rondelle libre, Thomas Grégoire a effectué tout un plomb et Marek Zachar a créé l'égalité en fin de match, forçant ainsi la tenue d'une prolongation.
Les tirs: 44-27 en faveur des visiteurs. Ce qui n'a pas empêché les hommes de Mario Durocher de terminer la fête sur une bonne note grâce au puissant lancer de David Noël, qui a joué les héros en fin de partie.
Les Oiseaux s'envoleront samedi vers Rouyn-Noranda pour y disputer la deuxième rencontre de la saison... possiblement sans les deux frères Poulin.
Marek Zachar
Zachar fera tout pour donner raison à son DG
Pendant que ses coéquipiers participaient au camp d'entraînement et aux matchs préparatoires, Marek Zachar était retenu en République tchèque afin de terminer ses études. Entre deux examens, le joueur européen du Phoenix n'a pas chômé. Et ce, afin que son directeur général ne regrette pas son choix.
En terminant à l'avant-dernier rang de la LHJMQ la saison dernière, le Phoenix avait le privilège de repêcher parmi les premiers au pays lors de l'encan des joueurs européens de la LCH. Ce qui, en principe, aurait permis aux Sherbrookois d'ajouter un joueur dominant à son alignement.
Mais Jocelyn Thibault a refusé. Il faisait confiance au jeune Russe Yaroslav Alexeyev et au Tchèque Marek Zachar.
« J'étais très content de voir que le Phoenix me gardait avec lui. Je ferai tout pour donner raison à mon directeur général Jocelyn Thibault. J'aime tellement Sherbrooke. J'aime mes coéquipiers, j'aime ma ville. Je suis très très heureux d'être de retour. »
Auteur de 18 buts et 25 passes en 57 parties, Zachar a bien fait à sa première saison et compte être encore meilleur.
« Je veux voir notre équipe se battre pour soulever la coupe du Président. Je ne pense pas vraiment à moi. Ma fiche personnelle n'est pas importante. Je ne regarde pas mes statistiques. Je fais tout en fonction de notre club. Pour ce qui est de l'équipe, j'espère évidemment faire les séries éliminatoires et ensuite, on verra ce qui se passe ! »
« Je suis plus habitué au style de jeu nord-américain, ajoute-t-il aussitôt. J'ai appris beaucoup l'an dernier. Je me sens plus mature et plus polyvalent. La dernière saison a été très instructive. »
Et tel que mentionné, Zachar s'est gardé occupé durant la période estivale.
« Je devais terminer mon année scolaire et obtenir mon diplôme. J'ai travaillé fort. Je me suis gardé en forme et je suis prêt pour la saison. Je suis aussi allé en Finlande pour le Tournoi des quatre nations et j'ai pratiqué avec mon ancien club junior. Je me sens d'attaque pour une autre saison. »
Une autre saison certes, mais peut-être sa dernière dans la LHJMQ, puisqu'il est assez rare de voir un Européen de 20 ans demeurer dans le junior majeur.
« Je compte en profiter au maximum ! »