Le patron de la CMQ veut changer la culture d'entreprise de la MMA

John Giles promet de mettre le paquet pour améliorer la sécurité des convois qui circulent sur les rails de l'ancienne compagnie MMA. Il connait les craintes des Méganticois. Le 29 mai dernier, en marge de la présentation de l'entente entre la Ville de Lac-Mégantic et la compagnie Central Maine & Quebec Railways (CMQ), il était même venu en personne rassurer les citoyens.
Le chef de la direction de CMQ savait qu'il n'impressionnerait pas par ses 45 années d'expérience une population qui a perdu 47 âmes à cause d'un train fou, mais il entend laisser ses actions parler d'elles-mêmes.
« J'ai passé beaucoup de temps à Lac-Mégantic pour discuter avec les autorités. Les citoyens sont sceptiques, et ils ont le droit de l'être. Je leur demande seulement de nous donner le bénéfice du doute et regarder ce que l'on fait comme travail. »
Le mécanicien devenu gestionnaire désire surtout changer la culture d'entreprise qu'a connue le personnel de MMA. Même s'il ne sera pas bien difficile de faire mieux que le piètre bilan de sécurité de la compagnie dont CMQ a acquis les actifs pour une quinzaine de millions de dollars, John Giles veut mettre le paquet.
« On va rassembler tous les employés au Canada au même endroit et passer deux jours à leur apprendre la nouvelle façon de faire de CMQ. On va leur demander leurs idées pour savoir comment nous pouvons mieux faire les choses. Avoir un dialogue ouvert avec les employés sera nouveau pour eux; ils auront beaucoup plus d'attention que dans le passé. Le côté humain est vraiment important. »
CMQ injectera également de l'argent neuf dans les infrastructures de la compagnie. Pas question de recycler le vieux matériel roulant et les rails en décrépitude de la MMA.
« Nous avons une vieille flotte de locomotives qui ne sont pas fiables. Nous achèterons de nouvelles locomotives GM, beaucoup plus simples à maintenir et plus éco-énergétiques que celles de MMA. »
En fait, John Giles se spécialise dans la restructuration de compagnies ferroviaires sous-performantes. Les fonds d'investissement Fortress, qui possède CMQ, et Blackstone Capital ont déjà retenu ses services pour améliorer la rentabilité de lignes de chemin de fer. Selon lui, une entreprise dont les finances sont dans le rouge comme l'était MMA est plus portée à négliger les questions de sécurité. Ceci expliquant cela. CMQ entend investir 10 millions de dollars dans l'amélioration des rails de la portion canadienne acquise dans la faillite de MMA.
« L'équipe que j'ai mise en place a une excellente feuille de route concernant la revalorisation de chemins de fer régionaux en Amérique du Nord, assure John Giles. On l'a fait avec des compagnies de transport sur longue distance comme RailAmerica, et nous nous sommes établis comme des gens capables de rendre des chemins de fer sécuritaires et rentables économiquement. On a fait fleurir la compagnie, servi la clientèle et créé de bons emplois dans les communautés que nous desservons. »
Cependant, malgré toutes ces belles promesses, nombreux sont les Méganticois qui ne seront pas rassurés tant qu'un train traversera leur centre-ville. S'il préfère ne pas commenter le dossier de la voie de contournement, John Giles pointe tout de même l'implication de CMQ dans l'étude de faisabilité du projet pour illustrer la bonne foi de sa compagnie.
« C'est très important pour la population de Lac-Mégantic. Je vais mettre l'épaule à la roue et voir si je peux les aider dans la planification en y assignant certains de mes ingénieurs », promet-il.