L'épicière Annick Gazaille a accueilli des centaines de personnes dans son nouveau supermarché mercredi soir. On l'aperçoit en compagnie de Sylvain Lebel, directeur des opérations IGA extra pour les régions de Montréal et de l'Estrie.

Le nouveau IGA bien accueilli à Magog

Des cris, des sifflements et des applaudissements nourris. Non, ce n'était pas une vedette rock qui arrivait sur scène, mais plutôt l'épicière Annick Gazaille qui se préparait à prendre la parole dans le cadre de l'inauguration du nouveau IGA extra à Magog.
Les gens ont été nombreux à assister à l'inauguration du nouveau marché IGA de la famille Gazaille mercredi soir. Quelques centaines étaient massés dans le commerce lorsque Mme Gazaille a prononcé son allocution. Ils provenaient de Magog, mais aussi des villes environnantes et de la métropole.
Le nouveau commerce est nettement plus vaste que l'ancien marché IGA de la famille Gazaille à Magog. Il s'étend sur plus de 5000 mètres carrés, soit deux fois la superficie du précédent magasin.
Le projet de construction du commerce s'est concrétisé grâce à un investissement d'environ 17 M$. Plusieurs emplois supplémentaires ont été créés grâce au projet de déménagement.
« Ça fait un an qu'on parle intensément de ce projet, qu'on prépare les plans et qu'on les révise. Il y a eu beaucoup de pourparlers avec Sobeys parce qu'on voulait offrir des primeurs à nos clients. Je suis très heureuse aujourd'hui. Je réalise un grand rêve. Je désirais une offre très variée en magasin et éveiller les gens à la saine alimentation », a déclaré Annick Gazaille hier soir.
L'épicière a tenu à faire une place à des marchands locaux dans son commerce. Ainsi, L'Infusion, Foliole et la Microbrasserie La Memphré bénéficieront tous d'un espace commercial réservé.
Présente à l'inauguration, la mairesse de Magog, Vicki May Hamm, a soutenu que Magog est en voie de devenir une « destination gourmande ». Il faut rappeler que des rénovations ont été réalisées dans les deux autres supermarchés que compte la ville ces derniers mois.
« J'ai l'impression que des Sherbrookois habitant pas trop loin du territoire de notre ville viendront faire leur épicerie chez nous dans le futur », a lancé Mme Hamm.
Travaillant depuis deux ans au IGA à Magog, Amélie Venne se montrait ravie du projet de déménagement. « L'ambiance de travail sera plus plaisante. Les clients auront droit à un service plus personnalisé et professionnel. Les employés auront aussi plus d'heures de travail, ce qui fait mon affaire », confie-t-elle.