Le niveau de scolarité des femmes progresse lentement

Le niveau de scolarité des Estriennes est en progression, selon ce que révèle mercredi l'Institut de la statistique du Québec, mais de façon moins prononcée que dans le reste de la province.En 2012, 23 pour cent des femmes de la région détenaient un diplôme universitaire, contre 14 pour cent en 2002.
C'est moins que la moyenne québécoise qui se situait à 29 pour cent en 2012, contre 15 pour cent 20 ans plus tôt.
L'enquête montre aussi que 15 pour cent de la population des femmes estriennes n'ont aucun diplôme, alors que 13 pour cent des Québécoises n'ont pas terminé leurs études avec succès.
Au chapitre des diplômes secondaires, on fait mieux que le reste de la province, avec 21 pour cent des Estriennes qui avaient un diplôme après leurs études à la polyvalente (19 % au Québec) en 2012. C'est toutefois un recul par rapport à il y a 20 ans, alors que 22 pour cent des élèves de la région avaient un diplôme. C'est à 19 pour cent qu'on  termine ses études pour un métier dans la région, alors que les Québécoises le font en moyenne à 17 pour cent.
Le taux d'Estriennes qui décrochent un diplôme du collégial est identique à celui des autres Québécoises, soit 20 pour cent.