Malgré un départ ralenti par la tempête de neige jeudi, le Méga salon camping, chasse et pêche a pris son envol vendredi alors que des centaines de personnes faisaient du lèche-vitrine dans les allées du Centre de foires de Sherbrooke.

Le Méga salon camping, chasse et pêche décolle

Malgré un départ ralenti par la tempête de neige jeudi, le Méga salon camping, chasse et pêche a pris son envol vendredi au Centre de foires de Sherbrooke. Des centaines de personnes arpentaient les allées et le promoteur de l'événement, Gaétan Mondou, s'attend à rattraper le temps perdu au cours de la fin de semaine.
«On a eu 50 % moins de gens hier que la même journée l'an passé à cause de la température, mais on espère rattraper le nombre de personnes au cours de la fin de semaine. Il va falloir attendre à dimanche pour savoir si ça a bien été.»
Après 21 ans d'existence, ceux qui sont déjà allés au Méga salon ne seront pas dépaysés assure M. Mondou.
«Cette année on a plus de bateaux de pêche, parce que le Salon du bateau n'a pas eu lieu il y a trois semaines, mais on ne change pas de formule gagnante, ce sont les exposants qui font les nouveautés», mentionne celui qui agit à titre de promoteur de l'événement depuis 18 ans.
L'embarras du choix
Les nombreuses conférences attiraient bon nombre de gens. Environ cinquante personnes assistaient notamment à celle de l'animateur de l'émission Q.V.O., José Boily, à propos de la chasse à la sauvagine.
«Lui je l'aime beaucoup, c'est un des meilleurs, confie Mario Provencher. Il fait de vrais films, pas des films truqués où ils tuent un animal et fait la mise en scène pour y arriver après. Il est très bon et sa narration est très bonne.»
Mais comme la majorité des gens rencontrés, M. Provencher peinait à identifier la raison principale de sa visite annuelle au Méga salon. Il faut dire qu'avec plus de 100 exposants qui vendent des voyages, des véhicules récréatifs, des armes, des quads, des pontons et autres articles, il devient difficile de se faire une idée.
«J'aime bien ça pour venir voir les nouveautés et la chasse, la pêche... ça a toujours été mes sports», résume le retraité de Warwick.
À ses côtés, sa conjointe n'avait pas de difficultés à expliquer sa présence au Centre de foires.
«Moi, je viens pour lui faire plaisir et pour pas que ça coûte trop cher», souligne Maryse Leblanc en riant.