Le Marché de la gare sous la loupe

Une étude est en cours auprès des Sherbrookois pour déterminer l'intérêt de la population pour un marché public. Pour se pencher sur l'avenir du Marché de la gare, Destination Sherbrooke s'est associé à la Corporation de développement économique communautaire de Sherbrooke.
<p>Denis Bernier </p>
« La population veut-elle d'un marché public sur le territoire de la Ville de Sherbrooke? C'est une question qu'on avait posée à l'origine et pour laquelle la réponse avait été positive. Maintenant, nous reprenons la photo sept ans plus tard. Il faut dire que l'offre alimentaire à Sherbrooke est importante. À proximité du Marché de la gare, il y a le Super C, le Provigo, le Végétarien... Il y a une tendance de ces supermarchés à développer le concept d'un petit marché public à l'intérieur de leur établissement... », explique le directeur général de Destination Sherbrooke Denis Bernier.
« Malgré tout ce contexte-là, nous, on croit au marché public. Nous croyons qu'il est encore pertinent à Sherbrooke puisque c'est une tendance qui s'observe dans plusieurs milieux. Nous ne faisons pas exception à la règle », ajoute-t-il.
Parmi les questions auxquelles on cherche une réponse figure celle de l'emplacement du marché. « Doit-il rester à la gare? Nous le souhaitons parce que nous avons développé un branding. Le Marché de la gare est connu maintenant. Les gens savent où il est et c'est devenu un point de référence. Il faut voir comment ça peut se faire et quelle orientation nous devons prendre. »
Denis Bernier admet que les dimensions récréotouristiques et commerciales de l'endroit ne font pas toujours bon ménage. « Nous devons nous questionner. C'est un lieu à vocation hautement récréotouristique avec le parc Jacques-Cartier. Est-ce le lieu idéal pour tenir un marché? C'est ce que nous demanderons à la population. Tout est possible, même du point de vue de la gestion. Destination Sherbrooke doit-elle poursuivre sa gestion ou doit-elle la confier à Commerce Sherbrooke? Les commerçants préfèrent-ils se gérer eux-mêmes? »
M. Bernier précise qu'il n'est aucunement de l'intention de l'organisme paramunicipal de mettre les commerçants à la porte pour changer la vocation de la gare. « Ce scénario n'est pas envisagé au moment où on se parle. »
Les résultats du rapport sont attendus cet automne.
Le Marché de la gare a vu le jour en 2007. Il compte cinq commerces à l'intérieur. Son objectif était de développer un projet d'animation de la gare après les investissements qui avaient été nécessaires pour rénover le bâtiment.