Le livre parfait de nos auteurs

23 avril, Journée internationale du livre et du droit d'auteur. Pour La Nouvelle, c'est une occasion de plus de jaser bouquin, écriture, édition et lecture. On se lance. Entre autres en demandant à des auteurs d'ici quel est selon eux LE livre parfait...
<p>Hervé Gagnon</p>
Selon Hervé Gagnon,
auteur de romans historiques et fantastiques
Le dieu fleuve
Wilbur Smith
(1993)
«Le mélange parfait d'action, d'histoire et d'ésotérisme porté par une puissance narrative rarement égalée. Smith est sans doute un des grands conteurs de la seconde moitié du XXe siècle.»
<p>Mylène Gilbert-Dumas</p>
Selon Mylène Gilbert-Dumas,
auteure de romans historiques et pour la jeunesse
Dune
Frank Herbert
(1965)
«Très souvent, les romans qu'on a aimés adolescent nous semblent insipides une fois adulte. Pour cette raison, j'ai longtemps hésité à reprendre Dune, le roman culte de science-fiction, que j'ai lu à 15 ans. [...] Avec davantage de maturité, j'ai pu voir au-delà du récit et apprécier l'aspect philosophique de l'histoire. Un roman qu'on peut lire deux fois avec autant de plaisir, c'est un grand roman. Mais un roman qu'on peut relire 30 ans plus tard et y découvrir, avec stupéfaction et délice, une toute nouvelle dimension, c'est un roman parfait.»
<p>Louis Gosselin</p>
Selon Louis Gosselin,
auteur de Rue Wellington
Et après
Guillaume Musso
(2004)
«Pour moi, le livre parfait est celui que le lecteur ne peut pas abandonner, celui qui le tient en haleine et qui provoque des émotions tout comme le cinéma ou la musique peuvent le faire. [...] En ce sens, pour moi, le livre parfait serait le premier de Guillaume Musso, [...] On lit du Musso comme on écoute du Pink Floyd en sachant à quoi s'attendre, mais en sachant que ce sera bon. Évidemment, il n'y a pas de «livre parfait», chacun doit trouver le sien, celui qui le fera vibrer.»
<p>Sarah Rocheville</p>
Selon Sarah Rocheville,
auteure de Go West, Gloria
Le fusil de chasse
Yasushi Inoue
(1949)
«Très court, ce roman exceptionnel n'a rien à voir avec la chasse! Il s'agit de trois lettres de femmes adressées au même homme. La première est écrite par la fille de sa maîtresse, la deuxième par sa femme et la troisième par sa maîtresse. Ces trois femmes disent la vérité mais on apprend, au fur et à mesure de la lecture, qu'il s'agit de vérités contradictoires. Extrêmement efficace sur le plan de la composition, économe de mots, sublime par moment, haletant d'un bout à l'autre, ce livre d'amour douloureux incarne pour moi rien de moins que la perfection littéraire!»
<p>Amélie Bibeau</p>
Selon Amélie Bibeau,
auteure jeunesse
Le Seigneur des anneaux
J.R.R. Tolkien
C'est plus qu'un livre, c'est un monde. Tolkien, avec cette trilogie, a non seulement créé une histoire palpitante, mais il a donné vie à des personnages plus vrais que nature. Son monde est si complet qu'il a son histoire (Le Silmarillon) et que chaque race a son langage. Je l'ai lu plus d'une dizaine de fois et je suis impressionnée d'en apprendre davantage sur ce monde de la Terre du milieu à chaque lecture.