Le feu détruit un poulailler à Wickham

Un incendie attribuable à une défaillance du système de ventilation a complètement rasé un des poulaillers du couvoir Boire et frères situé sur dans le 9e rang de Wickham, près de Drummondville, tuant sur le coup environ 4000 poules pondeuses.
S'il s'agit d'un coup dur pour l'entreprise, le directeur général de Boire et frères, Éric Stejskal a tenu à rassurer sa clientèle en affirmant que ces importantes pertes n'allaient pas nuire à l'approvisionnement.
Le couvoir possède effectivement un réseau de partenaires suffisamment important pour pallier la situation.
« On tient beaucoup à nos animaux et c'est quelque chose qui nous attriste beaucoup. Quoi qu'il en soit, il ne s'agit que d'une petite partie de notre entreprise qui est concernée par l'incendie. Avec l'aide d'autres fournisseurs, ça ne devrait pas avoir d'impact sur l'approvisionnement », a-t-il dit.
Ce sont des employés de l'entreprise qui ont été les premiers à constater la présence de fumée, puis de flammes dans les murs du poulailler vers 6h, jeudi matin. Ils ont rapidement fermé les trappes donnant le reliant au poulailler voisin et ont communiqué avec le service de sécurité incendie.
« Nos employés ont réagi rapidement et de façon efficace afin de pouvoir limiter les dégâts. J'aimerais également remercier les pompiers qui sont intervenus rapidement pour sauver les poules du poulailler voisin », a continué M. Stejskal.
C'était très difficile pour nos pompiers, il faisait très froid.
À leur arrivée, les pompiers de Wickham n'ont pu que constater l'ampleur des dégâts dans le premier poulailler ils ont adopté une stratégie défensive et ils ont vite fait de demander du renfort de leurs collègues de Drummondville, Saint-Nazaire et Durham-Sud afin de maîtriser le brasier. Au total, une quarantaine de pompiers ont mis environ sept heures à calmer les flammes. Leur tâche a été rendue ardue par le froid glacial.
« C'était très difficile pour nos pompiers, il faisait très froid. Nous n'avons pas eu d'autre choix que de faire des rotations afin de leur permettre de se réchauffer », a signifié le directeur du Service de Wickham, Richard Hébert.
Sur une base préliminaire, les pertes sont évaluées à environ 700 000 $. Boire et frères n'a pas encore déterminé si on reconstruira le poulailler à son emplacement initial où s'il en profitera pour mener un nouveau projet.
« Nous sommes en discussion pour la suite des choses. Il y a plusieurs options sur la table. Nous allons prendre une décision en fonction de nos besoins », a conclu le directeur général.