Le déraillement au Dakota, «de mauvais souvenirs» pour Hébert

« Ça rappelle de mauvais souvenirs, reconnaît Réjean Hébert. J'étais très touché pour la population du Dakota-du-Nord, l'ampleur de la catastrophe n'est pas comparable à celle de Lac-Mégantic, mais on voit tout de même le danger du transport de matières dangereuses par voie ferrée. »
<p>Réjean Hébert</p>
Le pire fut évité de peu le 30 décembre lorsqu'un convoi d'une centaine de wagons-citernes transportant du pétrole brut a déraillé et explosé à deux kilomètres de la municipalité de Casselton, dans le Dakota-du-Nord.
Néanmoins, les images du convoi en proie aux flammes et de l'énorme panache de fumée noire qui s'en échappe ne manquent pas de soulever de nouveau plusieurs questions quant à la sécurité des voies ferrées et des citernes utilisées pour déplacer les matières combustibles.
La catastrophe ferroviaire de Casselton donne ainsi d'autres arguments à la population de Lac-Mégantic et à la mairesse Colette Roy Laroche qui ne veulent plus voir de wagons-citernes traverser leur centre-ville.
Admettant que la situation est « préoccupante », le ministre responsable de l'Estrie n'entend cependant pas mettre de pression supplémentaire auprès de son parti pour accélérer l'instauration d'une voie de contournement qui éviterait le centre-ville de Lac-Mégantic.
Textes complets dans La Tribune de lundi.