Le curé Jolicoeur tirera sa révérence

Le mandat du curé Robert Jolicoeur à la paroisse Saint-Roch de Rock Forest s'achèvera à la fin du mois d'août, après 12 ans dans la paroisse et 38 ans de prêtrise. Bien qu'il avait proposé à l'évêque de poursuivre son mandat si ce dernier le jugeait utile, il n'avait pas sollicité de renouvellement et son histoire avec la paroisse Saint-Roch prendra fin de la façon qu'il souhaite.
« On a toujours un peu de la peine de quitter des gens qu'on aime, mais les peines finissent toujours par se changer en joie. Ça faisait 12 ans que j'étais ici, j'ai fait ce que j'avais à faire », affirme-t-il.
À la fin de ses 12 ans de service dans la paroisse Saint-Charles-Garnier à Sherbrooke il y a 15 ans, Robert Jolicoeur avait demandé un renouvellement de mandat, que l'évêque ne lui avait pas accordé malgré une pétition des paroissiens. « J'ai eu tellement de la peine et de souffrance lorsque je suis parti que je m'étais dit que plus jamais je ne demanderais de recommencer après un mandat de 12 ans », se souvient-il.
Et de toute façon, le curé Jolicoeur ne s'ennuiera pas. « J'ai beaucoup de projets pour l'avenir. Le premier est de prendre soin de moi, parce que ma santé est un peu fragile, et ensuite, je vais travailler à l'émission La Victoire de l'Amour diffusée sur le réseau TVA à temps beaucoup plus plein », dit celui qui y sera toutes les semaines au lieu d'une fois par mois.
Le curé Jolicoeur affirme qu'après 38 ans de service, il a fait le tour de ce qu'est la vie en paroisse. « Là, j'ai le goût de créer du neuf, de faire autre chose. Quand on est prêtre, il y a beaucoup de choses qu'on peut faire. »
Robert Jolicoeur a choisi d'aller demeurer à l'Archevêché de Sherbrooke pour la suite des choses.
Par ailleurs, le grand amateur de baseball profitera également de l'augmentation de son temps libre pour aller voir quelques bons matchs. « À défaut de pouvoir voir les Expos, il y a les Blue Jays et les Red Sox qui sont plus proches de moi. J'ai l'intention de faire une petite tournée des stades de baseball que je n'ai pas vus. »
Il projette également aller à Paris pendant un mois pour rencontrer Jacques Gaillot, « l'évêque des exclus », un personnage qui le fascine beaucoup. « On va peut-être aller rencontrer des groupes là-bas, prendre des vacances au soleil. »
Il mûrira d'autres projets lorsqu'il aura la tête plus libre, après qu'il ait fini de s'occuper de sa paroisse.