Le couple remis en liberté (suite)

Communication interdite
Les deux accusés ne peuvent pas communiquer ensemble, pas plus qu'ils ne peuvent communiquer avec la victime alléguée dans cette affaire. Ils ne peuvent se trouver seuls en présence de mineurs ou dans un endroit où des personnes de moins de 16 ans pourraient se trouver.
Les deux accusés ne pouvaient déjà pas communiquer ensemble à la suite de conditions imposées dans une affaire de violence conjugale.
C'est d'ailleurs pour faire respecter cette condition que la femme de 38 ans aurait transmis la clé USB au Service de police de Sherbrooke. Son ex-conjoint lui aurait fait parvenir cet enregistrement informatique, mais la femme l'a remise à la police sans en consulter le contenu.
Là où le bât blesse, c'est que le contenu contenait une vidéo de leurs ébats sexuels auxquels assistait la fillette de 4 ans.
Les deux individus ont été interrogés au quartier général du SPS avant de comparaître devant le tribunal la semaine dernière.
Les deux accusés reviendront devant le tribunal le 25 juin prochain.
La direction de la protection de la jeunesse est intervenue dans le dossier pour assurer la sécurité de l'enfant impliqué dans cette affaire.