Le Comité des arrêtés dénonce un jugement de la Cour municipale

Le Comité des arrêtés de Sherbrooke, né à la suite des arrestations du printemps érable, a dénoncé lundi un jugement rendu par la Cour municipale de Sherbrooke à l'endroit de Nicolas Lachance Barbeau, qui a été accusé d'avoir organisé une manifestation au printemps 2012 en vertu de l'article 500.1 du Code de la sécurité routière.
L'amende s'élève à plus de 3700 $.
La constitutionnalité de l'article 500.1 est actuellement contestée par plusieurs groupes dans l'ensemble de la province. À Sherbrooke, plusieurs dossiers doivent revenir en cour municipale au printemps. « Ce qu'on a vu en 2012, c'est une sorte de de criminalisation des étudiants et de la mobilisation citoyenne », commente le coporte-parole du comité des arrêtés, Alex Gagnon.
Le comité craint notamment les impacts de cette judiciarisation sur les rassemblements futurs et le droit de manifester des citoyens.
Texte complet dans La Tribune de mardi.