Le Cochon souriant de retour au bercail

Jérôme Gaudreau
Jérôme Gaudreau
La Tribune
La troupe de théâtre ambulant du Cochon souriant présente vendredi à 20 h 30 son tout nouveau spectacle intitulé Les Mangeurs d'avenir, une drôlerie fantaisiste où les animaux remettent en question la capacité des humains à protéger la planète.
La troupe de théâtre ambulant du Cochon souriant présente vendredi à 20 h 30 son tout nouveau spectacle intitulé Les Mangeurs d'avenir, une drôlerie fantaisiste où les animaux remettent en question la capacité des humains à protéger la planète.
Depuis 1996, la troupe du Cochon souriant s'acharne à sculpter un théâtre vivant, accessible et transportable. Mais cette fois, c'est chez elle, à Sainte-Marguerite-de-Lingwick, que la troupe retournera sous le chapiteau pour jouer sa plus récente comédie baroque.
«La pièce Les Mangeurs d'avenir provient d'un immense collage d'idées et d'une profonde recherche gestuelle. Elle permet de brasser les genres, les formes, les pensées, les rêves et même les spectateurs», fait valoir la coordonatrice Martine Fordin.
En se présentant au chapiteau du Cochon souriant, les amateurs de théâtre assisteront non seulement à un délire collectif, mais ils y prendront part également.
«Les gens peuvent s'attendre à une avalanche de surprises. Les spectateurs constituent de vrais figurants dans la pièce Les Mangeurs d'avenir. De notre côté, nous les amènerons dans un univers absurde qui leur permettra de mieux réfléchir sur la façon dont nous sommes écrasés par l'actualité environnementaleet dont nous gérons notre monde», précise Martine Fordin.
Avec de petits moyens, le Cochon souriant, composé de huit membres dont six comédiens, a réussi à proposer une pièce professionnelle qui amènera les gens à sortir de l'habituel.
«Nous sommes l'exemple parfait de la simplicité volontaire. Et malgré notre budget parfois serré, nous parvenons à monter le type de pièce voulu. Nous faisons d'ailleurs tout pour récupérer le tissu des costumes. Le sujet du recyclage va d'ailleurs dans le même sens que le thème de la pièce, soit la protection de la planète », précise la coordonnatrice.
Pas facile de faire du théâtre ambulant. Depuis plus d'un mois, les comédiens et les techniciens provenant de partout au Québec et même de Moncton demeurent à Sainte-Marguerite-de-Lingwick afin de bien préparer la pièce et le chapiteau avant la toute première représentation.
«Le théâtre ambulant, c'est très exigeant. En plus de ce dernier mois, les membres de la troupe devront rester ensemble jusqu'au 30 septembre. Lors des tournées, ils montent le chapiteau, se voient 24 heures sur 24, présentent d'une à trois représentations par ville pour ensuite défaire les installations et retourner sur la route vers une autre destination», informe Martine Fordin.
Si l'avenir du théâtre ambulant est aujourd'hui très précaire selon la coordonatrice, celui du Cochon souriant semble assuré grâce à sa créativité, sa ténacité et ses nombreux rêves et projets.
«Après la tournée, nous comptons même aller au Mexique du 12 au 26 août afin de participer à une rencontre avec des artistes mayas. Nous y présenterons aussi notre pièce et tenterons d'aller chercher une autre inspiration artistique et humaine», souligne-t-elle.
Mais d'ici ce voyage, le Cochon souriant passera l'été sous le chapiteau. Après les représentations de Sainte-Marguerite-de-Lingwick, les 4, 5, 11 et 12 juillet, la troupe roulera à bord de son autobus coloré afin de démarrer sa tournée du Québec en commençant par Amqui, les 17, 19 et 20 juillet.
«Nous adorons transporter notre art ailleurs, mais rien n'est plus plaisant que de jouer chez nous!» lance Mme Fordin.