Le charcutier Les Cochons tout ronds s'installe à Racine

C'est dans la municipalité de Racine que Les Cochons tout ronds du chef Patrick Mathey se feront bientôt découper, sécher et assaisonner. Le charcutier artisanal a acheté les anciens locaux de Ramagex afin d'y installer son atelier de transformation.
Et ce n'est qu'un début. Les cochons abattus à l'abattoir Lamarche, à Racine, s'éviteront ainsi tout un voyage vers les Îles-de-la-Madeleine, où réside le chef Mathey. Son atelier de transformation de l'est du Québec fermera ses portes, au profit de celui de Racine. Une façon aussi de se rapprocher de ses points de vente, dont les marchés Atwater et Jean-Talon, à Montréal.
Mais le choix de Racine n'est pas qu'une question d'économie de transport, précise la directrice générale de la municipalité, Mélisa Camiré.
«Il ne faut pas oublier qu'ici on a le marché Locavore. M. Mathey a aussi choisi Racine pour cette essence qui n'est pas industrielle, qui est plus locale, qui aime miser sur l'agriculture», précise-t-elle.
Un projet en trois phases
Difficile cependant de prévoir combien d'emplois seront créés par la venue de Cochons tout ronds. L'aménagement de l'atelier de transformation est la première phase d'un projet à long terme pour le chef Mathey, originaire de Bourgogne, en France.
Une boutique ouvrira éventuellement ses portes, mettant en vedette les jambons crus, saucissons et autres charcuteries artisanales du chef, récipiendaires de nombreux prix, et culminera par l'ouverture d'un restaurant.
Depuis que le chef a pris le Québec comme terre d'adoption, en 1975, il a été chef-propriétaire du restaurant Péché Mignon, à Ste-Anne-de-Bellevue, avant d'être celui de La marée haute, à Havre-Aubert.
«C'est une grande nouvelle pour Racine et une belle nouvelle pour la région. Les gens ici aiment ce genre de produit», affirme Mme Camiré. Le maire de Racine, François Bourassa, se dit fier de l'arrivée du chef Mathey dans la municipalité.
«Les Cochons tout ronds va contribuer à rendre encore plus dynamique notre milieu bioalimentaire», assure-t-il, énumérant la présence de Bergerie Nouvelle-France, Cafés Trésors d'Afrique et du Marché Locavore à Racine.
La municipalité a négocié durant un an et demi avec l'entrepreneur avant de conclure une entente. La fermeture de Ramagex après 23 ans d'opérations a finalement fourni au chef une occasion «de disposer rapidement d'un vaste espace, prêt à être aménagé selon nos besoins».
L'atelier doit entrer en fonction en septembre. Les mois de juin, juillet et août seront nécessaires pour rénover les lieux.