André Mercier

Le Cégep fait l'acquisition de huit défibrillateurs

Sans l'intervention de ses coéquipiers et la présence d'un défibrillateur au Palais des sports de Sherbrooke, André Mercier ne serait sans doute plus là. Celui qui a été sauvé in extremis lors d'une partie de hockey l'automne dernier a plaidé l'importance du déploiement des défibrillateurs externes automatisés (DEA), l'appareil qui lui a sauvé la vie, jeudi.
Son employeur, le Cégep de Sherbrooke, a annoncé l'acquisition de huit appareils du genre.
L'histoire d'André Mercier, enseignant en sciences sociales au Cégep de Sherbrooke, avait fait les manchettes en octobre dernier. L'homme de 51 ans s'est affaissé lors d'une partie de hockey.
« On possédait déjà un défibrillateur. Nous avons pris la décision d'en acquérir huit autres, qui sont placés à des endroits stratégiques », explique la directrice générale du Cégep de Sherbrooke, Marie-France Bélanger.
L'institution a investi environ 15 000 $. L'un des appareils est un don de la Fondation des maladies du coeur et de l'AVC.