Le mouvement Carré bleu est un mouvement citoyen qui veut faire écho à la population qui a l'impression de ne pas être entendue de la part des instances municipales. Ci-dessus, on reconnaît le pont Agnès et en arrière-plan, l'hôtel de ville.

Le Carré Bleu Lac-Mégantic dans les rues le 22 mars

Y aura-t-il un printemps érable à Lac-Mégantic? Le Carré Bleu Lac-Mégantic s'y emploie et organise une première marche, pacifique, familiale et silencieuse, le 22 mars prochain.
« On entend beaucoup de nouvelles qui touchent la reconstruction du centre-ville et on sent beaucoup de colère et une certaine détresse psychologique à l'égard des nombreux enjeux extraordinaires qui se passent en ce moment, relate le fondateur du mouvement, Jonathan Santerre. J'ai eu l'intuition qu'il fallait que je fasse quelque chose », ajoute cet artiste multidisciplinaire de 35 ans, qui a grandi à Lac-Mégantic avant de s'exiler pour sa carrière.
« Avant de reconstruire la ville, il faut en reconstruire le tissu social », estime-t-il.
Le Carré Bleu a été créé le 20 février. Il a été mis sur Facebook et a aussitôt fait boule de neige. Il avait un peu plus de 1000 mentions « J'aime », mardi soir, et les responsables affirment que pas moins de 40 000 personnes s'y sont rendues en moins de deux semaines.
« C'est sûr que le Carré Bleu fait référence au carré rouge de 2012 des manifestations étudiantes, dit M. Santerre, mais contrairement à lui, c'est un appel pacifique et dans le calme, un mouvement citoyen pour faire écho à cette population qui a l'impression de ne pas être entendue de la part des instances municipales. »
La mission première du Carré Bleu est de réclamer plus de transparence et un dialogue entre les citoyens et les élus de Lac-Mégantic, ainsi que les instances gouvernementales, dans la reconstruction de la ville, par des moyens de pression positifs.
« Nous avons un slogan, c'est qu'il n'y a pas que l'eau du lac qui doit être transparente », ajoute M. Santerre, en expliquant du coup la silhouette du lac Mégantic en blanc sur fond bleu de leur logo.
Au-delà des appuis sur Facebook, Jonathan Santerre assure que plusieurs Méganticois soutiennent son initiative. Il refuse par contre d'avancer un nombre, voire des noms.
Il a pu rencontrer la mairesse de Lac-Mégantic Colette Roy Laroche, lundi, à qui il a proposé d'être plus présente sur les médias sociaux pour parler à sa population sans filtre, et il entend bien participer à la démarche de participation citoyenne lancée par la Ville hier matin.
« En 12 jours, le mouvement Carré Bleu a déjà fait bouger beaucoup de choses », conclut M. Santerre, confiant de voir plusieurs Méganticois répondre à son invitation du 22 mars.