À l'âge de 75 ans, Paul-Émile Asselin a fait le trajet entre Québec et Richmond chaque année depuis que ses enfants lui ont donné un vélo pour ses 70 ans. La dernière fois, il était accompagné de son complice sur selle, Claude Rochette, âgé de 63 ans.

Le bonheur de pédaler de Québec à Richmond à 75 ans

Paul-Émile Asselin a 75 ans. Un simple chiffre pour ce cycliste qui se fait un plaisir de pédaler entre Québec et Richmond chaque année. Son secret? Faire ce qu'il aime.
«Cette année, je l'ai fait deux fois! J'aime tellement ça! Faut donner le goût aux gens d'en faire. La route entre Québec et Richmond, c'est tellement beau! C'est planche tout le long, tu es sur le chemin de fer. On voit des chevreuils le matin, c'est beau, beau!» s'enthousiasme-t-il.
Cette année, il a fait le trajet de 145 km avec son grand ami cycliste, Claude Rochette, âgé de 63 ans, ainsi que son fils et sa belle-fille. Pas besoin d'être un athlète de grand niveau pour réussir. La route s'est faite tranquillement, en prenant «quelques pauses à travers ça». «On est partis vers 7 h et on est arrivés vers 16 h 15. Ça se fait très bien», assure-t-il.
«Ce sont mes enfants qui m'ont donné un vélo quand j'ai eu 70 ans. Avant, je n'en avais pas fait depuis que j'avais dix ou douze ans», affirme-t-il. Il s'est repris depuis. «J'en fais tous les jours. Le matin, je travaille, en après-midi, je vais faire un petit tour, je me rends jusqu'à Danville, un petit 40 km. J'ai fait 1200 km depuis le printemps», résume-t-il.
Pour ce retraité, l'idée est de se garder actif, tout en continuant de faire ce qu'il aime. Pas question pour lui d'adopter une attitude négative. Rester positif fait partie de son secret pour rester jeune.
«Depuis que j'ai 60 ans que je suis à la retraite. J'ai toujours travaillé sur la construction, j'aime ça. Cette année encore, je travaille dans la construction, j'ai fait des couvertures, je continue», clame-t-il.
«Quand on aime notre travail, ce n'est pas dur, c'est comme si on s'amusait.»