Guy Ouellet

Lac-Mégantic: une «taxe de bienvenue» qui tombait mal

Déjà ébranlé par un week-end passé à pleurer sa conjointe et ses nombreux amis disparus dans la tragédie de Lac-Mégantic, Guy Ouellet a eu l'impression de recevoir un coup de poignard dans le dos, lundi matin, en ouvrant sa boîte aux lettres.
La Ville de Lac-Mégantic lui réclame 400 $ en droit sur les mutations immobilières, communément appelé « taxe de bienvenue », parce qu'il a racheté la part de la maison, qui appartenait à sa conjointe morte, pour pouvoir continuer à y vivre.
L'homme qui a perdu sa conjointe, Diane Bizier, dans le déraillement de train meurtrier n'en revenait pas, lundi, lorsqu'il a ouvert la lettre avec l'entête de la Ville de Lac-Mégantic, raconte La Presse.
Le couple avait acheté la modeste résidence il y a cinq ans. Après la tragédie, M. Ouellet, ouvrier à l'usine Masonite, se demandait même s'il arriverait à payer seul l'hypothèque.