Lac-Mégantic: la Médiathèque Nelly-Arcan ouvre ses portes lundi

Le défi était colossal : transformer une ancienne usine de textile en une bibliothèque moderne et y installer le meilleur des 200 000 livres reçus du Québec tout entier depuis la tragédie du 6 juillet dernier à Lac-Mégantic.
Bienvenue à la Médiathèque municipale Nelly-Arcan!
« On a travaillé comme des forcenés pour y arriver », lance Jacques Dostie, un des bénévoles membres du conseil d'administration.
« On entre dans l'ère des grandes bibliothèques. On est vraiment en Cadillac », ajoute avec enthousiasme sa collègue Lucie Bilodeau.
Dès la porte franchie, le visiteur est accueilli par la réputée auteure Nelly Arcan, alias Isabelle Fortier, une native de Lac-Mégantic qui a été bénévole et employée d'été du temps où la bibliothèque trônait sur la rue Frontenac, voisine immédiate du non moins célèbre Musi-Café.
Une magnifique photo de la disparue sert de toile de fond au comptoir de prêts, appuyée de quelques mots extraits de son roman Folle, et donne le ton au décor lumineux et épuré qu'on a créé pour cette nouvelle installation culturelle de la rue Lemieux.
De la Canadelle, il reste les plafonds et les planchers de bois clair - avec quelques dizaines d'aiguilles incrustées dans le bois après tant d'années -, de même qu'une photo format géant d'un petit groupe de couturières prise en 1948, qui justifie en un coup d'oeil le nom de la salle de réunion, « Canadelle », où elle est accrochée.
« Initialement, on aurait dû déménager ici en juin 2013, comme le Centre d'études collégiales qui occupe l'autre deux tiers de la bâtisse, rappelle M. Dostie. Une série de contretemps a ensuite fait qu'on aurait dû ouvrir en septembre 2013. » 
Mais un train de pétrole a déraillé au centre-ville, embrasant une trentaine d'édifices dont la bibliothèque et toute sa collection de livres et de documents d'archives. « Il n'est resté rien, rien, rien », dit M. Dostie. 
Pas même la petite caisse imprégnée de pétrole qu'on avait mise sur une tablette depuis juillet dernier, dans l'espoir de pouvoir l'exposer, et dont on s'est rendu compte le 18 avril que c'était celle du Musi-Café...