Lac-Mégantic: du pétrole à nouveau un jour au centre-ville, admet la mairesse

Du pétrole pourrait un jour voyager par train à nouveau au centre-ville de Lac-Mégantic, théâtre d'une tragédie ferroviaire l'an dernier.
<p>Colette Roy Laroche</p>
La mairesse Colette Roy Laroche a admis mercredi pour la première fois depuis les événements du 6 juillet 2013 que des wagons remplis de matières dangereuses pourraient éventuellement transiter par sa ville.
Elle donne ainsi la chance au coureur, le fonds d'investissement américain Fortress, futur  propriétaire du réseau de chemin de fer qui traverse la municipalité de Lac-Mégantic.
Selon Mme Roy Laroche, il y a possibilité que l'exploitant répare convenablement le réseau ferroviaire et qu'il fasse preuve de transparence. Il devra dans un premier temps transporter des matières non dangereuses avant de le faire avec du pétrole.
Il en va de la survie économique de Lac-Mégantic, a-t-elle plaidé en marge d'un point de presse tenu mercredi avant-midi. Le transport du pétrole demeure parmi les activités les plus lucratives des opérateurs de chemin de fer, a-t-elle fait comprendre.
 La semaine dernière, Mme Roy Laroche a rencontré John Giles, président de la Central Maine and Quebec Railway (CMQR), la nouvelle entreprise qui va exploiter le réseau de chemin de fer de l'ex-Montreal, Maine & Atlantic (MM&A). La CMQR appartient à la société Railroad Acquisition Holdings, filiale de Fortress Investment Group, un important fonds d'investissement basé à New York. Le mois dernier, Railroad Acquisition Holdings a remporté la mise des enchères visant à liquider les actifs de la MM&A.
M. Giles a tenté de faire la démonstration qu'il est possible de transporter des matières dangereuses sur rail de façon sécuritaire. C'est du moins l'engagement que son mandataire a pris auprès de la municipalité qui panse encore les plaies de la tragédie qui l'a violemment frappée l'été dernier.
- Avec Jacynthe Nadeau