Lac-Mégantic a pris le virage 2.0

Dans un monde de plus en plus branché sur le web, la présence des autorités publiques sur les différentes plateformes 2.0 est devenue quasiment impérative. Dans la dernière année, la Ville de Lac-Mégantic a dû faire des pas de géant pour combler le retard qu'elle avait pris à ce chapitre.
<p> Isabelle Hallé</p>
En fait, avant la tragédie, la Ville était tout simplement absente des médias sociaux. Lorsque la radio locale est tombée hors d'ondes en raison de la panne d'électricité causée par l'incendie au centre-ville, il n'y avait plus aucun moyen de communication de masse disponible localement. Comble de malheur, il s'agissait également de la nuit où le site web de la Ville était en maintenance.
Parce qu'elle connaissait plusieurs personnes attablées au Musi-Café dans la nuit du 5 au 6 juillet, c'est la directrice de la Chambre de commerce, Isabelle Hallé, qui a pris en charge les recherches sur Facebook pour tenter de retracer les disparus. Or, cette démarche s'est révélée imparfaite.
« Le point positif avec Facebook, c'est qu'on a pu avoir des nouvelles dans les premières heures qui ont suivi la tragédie, explique l'attaché de la mairesse Lac-Mégantic, Louis Longchamps, qui a déjà occupé le poste de formateur en informatique et en médias sociaux à la Commission scolaire des Hauts-Cantons. Par contre, on se fiant seulement aux informations sur Facebook, des gens ont été crus morts alors qu'ils ne l'étaient pas. »
Créée au mois d'octobre, la page Facebook de la Ville de Lac-Mégantic représente un défi constant pour le service des communications. Avec près de 1500 abonnés, elle n'a que 2200 mentions « j'aime » de moins que la page de la Ville de Sherbrooke, dont la population est pourtant 25 fois plus grande. Dans ce contexte, il n'est donc pas étonnant que l'offre en information ne puisse pas répondre à la demande.
« On ne peut pas tout le temps animer la page, parfois il y a des urgences qui nous éloignent de l'ordinateur pendant toute la journée, explique Louis Longchamps. Mais les réseaux sociaux sont importants pour rejoindre une strate de la population qui suit moins les médias traditionnels. »
L'attaché de la mairesse affirme être très satisfait du résultat de leur stratégie sur le web 2.0. Il note une diminution de 90 % des messages locaux sur le site web de la Ville, notamment grâce au succès de leur nouvelle chronique « Bruit de fond », qui traite des rumeurs qui circulent à Lac-Mégantic. Qui plus est, ces messages envoyés via le site web représentent moins des demandes d'information que des questions techniques qui ne sont pas l'objet des publications Facebook.
Louis Longchamps travaille maintenant à augmenter la présence de Lac-Mégantic sur YouTube. Lac-Mégantic réalise de plus en plus de vidéos pour informer les gens sur les activités et augmenter le pouvoir d'attraction de la ville.
« Avant, on ne mettait que les points de presse en ligne. Maintenant on donne des extraits des discours, mais aussi des activités qui se déroulent ici. On reçoit beaucoup de bons commentaires », assure Louis Longchamps.