La SPA saisit des chiens vivant dans des conditions misérables

Un autre chenil est visé par l'équipe de la Société protectrice des animaux (SPA) de l'Estrie qui a procédé mardi à la saisie de plus d'une centaine de chiens vivant dans des conditions misérables.
Les animaux, des chiots, des chiens adultes et des femelles gestantes de petites races, ont été saisis dans une installation d'élevage à grande échelle à Dudswell, en vertu de la Loi sur la protection sanitaire des animaux.
Cette saisie est réalisée avec la collaboration du ministère de l'Agriculture, des Pêcheries et de l'Alimentation du Québec (MAPAQ), annonce un communiqué de presse.
Les conditions de garde contrevenant à la Loi sur la protection sanitaire des animaux ainsi qu'au Règlement sur la sécurité et le bien-être des chats et des chiens ainsi que de la négligence générale ont été constatées par la SPA de l'Estrie.
Pour mener l'opération à terme, une équipe multidisciplinaire de 12 personnes, incluant trois inspecteurs et patrouilleurs, un vétérinaire et cinq techniciennes en santé animale et animalières a été déployée.
«Tous les animaux vivaient à l'intérieur d'un lieu encombré, en mauvais état et insalubre. Ils sont d'abord examinés sur place par les vétérinaires et les techniciennes en santé animale de la SPA de l'Estrie», rapporte-t-on.
En raison de leur grand nombre, «tous sont transportés directement au refuge d'urgence du MAPAQ où une équipe de vétérinaires et de techniciens en santé animale les attend.»
Premier décompte
Un premier décompte montre que 95 chiens, 27 chiots et 21 femelles gestantes ont été saisis.
Ils vivaient  les uns au-dessus des autres, ajoute-t-on.
Le propriétaire des lieux, un homme âgé dans la cinquantaine, a été rencontré par les gens de la SPA. Il avait été averti dans le passé, mais les conditions de vie des animaux n'ont pas changé, a-t-on appris sur place.
- Avec Christine Bureau