Sylvain Tessier, gestionnaire de la salle de bingo Le Baron.

La salle de bingo Le Baron cherche un nouveau toit

La salle de bingo Le Baron cherche toujours un endroit pour se reloger. Au moment où les salles de bingo du Québec vivront un changement dans le partage des revenus avec les organismes à but non lucratif, l'une des deux salles de bingo sherbrookoises poursuit ses recherches pour trouver un nouveau local.
Le nouveau complexe Le Baron qui sera érigé au coût de 30 millions $ comprend la construction de deux bâtiments d'une superficie totale de 150 000 pieds carrés. BRP devrait y déménager ses bureaux au 3200, rue King Ouest d'ici 2016.
Mais le projet ne prévoit pas qu'une salle de bingo y soit aménagée. Le gestionnaire Sylvain Tessier mentionne que le bingo devra quitter pour le 1er août 2014.
«Il y avait des rumeurs de démolition depuis près de 20 ans. C'est la première fois que nous sommes confrontés à tel un ultimatum. C'est clair que nous ne faisons plus partie du décor. Nous avons entrepris nos démarches il y a environ un an pour trouver un nouveau local. Je reste positif pour que nous puissions nous reloger. Des discussions sont en cours pour trouver un nouvel endroit», explique M. Tessier.
Les gestionnaires du bingo Le Baron cherchent au local d'environ 15 000 pieds carrés.
«C'est certain que nous ne voulons pas trop nous éloigner de notre emplacement actuel. Il n'est pas question non plus de louer un local trop près de l'autre salle de bingo à Sherbrooke», indique M. Tessier.
Au fil du temps, il y a bien eu quelques discussions avec le Salon de bingo Abénaquis situé au centre-ville de Sherbrooke, mais les discussions entre les deux entités sont trop éloignées pour en venir à une entente.
«Nous avons essayé de part et d'autre d'en venir à une entente, mais je serais très surpris que nous puissions arriver à nous regrouper», estime Sylvain Tessier.
Le président du Regroupement des bingos de la région sherbrookoise qui assure la gestion de la salle Abénaquis, Pierre Durand, confirme que le courant ne passe pas entre les deux entités pour un éventuel regroupement.
«C'est certain qu'il y a une certaine compétition entre les deux salles de bingo. Il y a déjà eu des discussions pour un rapprochement, mais ce n'est pas dans le portrait à court terme», explique M. Durand.
À compter du 1er mars, le partage des sommes entre le gestionnaire de la salle et les organismes bénéficiaires passera d'un calcul de 55-45 pour cent, à 75 pour cent pour le titulaire à 25 pour cent aux organismes sur la première tranche de revenus mensuels de 25 000 $. Des proportions différentes seront appliquées pour la tranche de revenus avant 60 000 $ et à 60 000 $ et plus.
«Ce nouveau partage de revenus est avantageux pour les organismes privés. Nous avons fait des modèles de calcul et selon notre lecture, ça ne changera pas grand-chose sur les revenus. L'hypothèque va simplement se payer plus vite. Ce sont les neuf organismes bénéficiaires qui assurent la gestion du bingo Abénaquis», rappelle Pierre Durand.
Sylvain Tessier tient à peu près le même discours.
«Cette règlementation a été mise en place principalement pour les salles de bingo de la région de Montréal. Ici, ce qui va sortir d'une poche va rentrer dans l'autre. Ce sont les six organismes bénéficiaires qui sont le gestionnaire» indique M. Tessier du Bingo Le Baron.
Quant à la vitalité de l'industrie du bingo à Sherbrooke, les gestionnaires des deux salles s'entendent pour dire que la clientèle est vieillissante, mais ils investissent les efforts pour la rajeunir.
«Nous rencontrons le même problème qu'ailleurs dans l'industrie. Nous faisons cependant beaucoup d'efforts pour rajeunir notre clientèle. Il faut continuer à la faire la promotion. Notre relocalisation pourrait être l'une des clés de la solution», estime Sylvain Tessier.
«Nous avons investi de l'argent pour mettre en place une salle Kinzo qui vise justement à rajeunir notre clientèle. C'est un jeu plus rapide et dynamique que le jeu traditionnel. Nos deux salles fonctionnent en parallèle», indique de son côté Pierre Durand, le président du regroupement qui gère le Bingo Abénaquis.