La rivière Chaudière à nouveau scrutée

La rivière Chaudière et le lac Mégantic seront à nouveau scrutés à la loupe, à compter du début d'août, pour détecter la contamination qui pourrait y subsister à la suite du déraillement d'un convoi de pétrole, le 6 juillet 2013, qui a fait 47 victimes et déversé des millions de litres d'hydrocarbures dans l'environnement.
Des centaines d'échantillons de sédiments seront ainsi prélevés aux prises d'eau potable, dans le lac aux abords du centre-ville de Lac-Mégantic, ainsi que sur 120 kilomètres de rivière, du barrage de Lac-Mégantic jusqu'à Saint-Joseph-de-Beauce.
Les résultats seront analysés par un comité d'experts qui devrait livrer ce deuxième rapport détaillé au printemps prochain.
Le ministère de l'Environnement s'était engagé à mettre à jour le portrait de la contamination, en mai dernier, quand il a dévoilé les résultats des échantillonnages de l'été et de l'automne 2013 ainsi qu'à la crue printanière.
«Nous entreprenons un échantillonnage complet qui devrait durer tout le mois d'août et une partie du mois de septembre», précise Jean-Marc Lachance, directeur régional en Chaudière-Appalaches du Centre de contrôle environnemental du ministère du Développement durable, de l'Environnement et de la Lutte contre les changements climatiques.
À la charge de World Fuel
Cette caractérisation dite de grande envergure sera à la charge de la World Fuel Services, la World Fuel Services Corporation et la Western Petroleum Company qui se sont engagées récemment, en réponse à l'ordonnance du ministère de l'Environnement du 29 juillet 2013.
Ces entreprises, propriétaires du pétrole déversé à Lac-Mégantic, comptent parmi celles qui ont été sommées par le ministère de l'Environnement de nettoyer les dommages causés par le déraillement du train de la Montreal, Maine & Atlantic, selon le principe du pollueur-payeur.
Mais en prenant en charge la caractérisation de la rivière et du lac, World Fuel répond à une partie seulement de cette ordonnance.
«Bien que positif, cet engagement ne vise qu'une petite partie des travaux requis à Lac-Mégantic et sur la rivière Chaudière, a précisé par communiqué le ministre David Heurtel. Le gouvernement ne sera pleinement satisfait que lorsque les entreprises visées par l'ordonnance passeront à l'action et réaliseront l'ensemble des travaux requis, à leur frais, et paieront pour ceux qui ont déjà été réalisés.»
Jean-Marc Lachance n'a pas voulu préciser le coût estimé de cette opération de caractérisation. World Fuel doit toutefois respecter les conditions de l'appel d'offres qui avait d'abord été lancé par le MDDELCC le 12 mai dernier.
Plus tard à l'automne, des travaux d'enlèvement et de gestion de sédiments contaminés doivent par ailleurs avoir lieu dans la rivière, dans un secteur situé à environ 4,5 kilomètres du barrage de Lac-Mégantic. Cette zone avait été ciblée comme plus contaminée lors de la première caractérisation et a été l'objet d'une nouvelle analyse «hâtive» en mai-juin. L'appel d'offres est en cours jusqu'au 8 août. Les travaux devraient être réalisés en septembre ou octobre.
Entre-temps, on verra aussi des équipes du ministère de l'Environnement dans la rivière, vers la fin d'août, début septembre, pour procéder aux suivis sur la faune aquatique, notamment les poissons et les macroinvertébrés.