La recette gagnante du Camping Beau-Lieu

Le spectacle Cow-boys: de Willie à Dolly de Québec Issime n'aura pas rendu Sherbrooke country; elle l'était déjà.
<p>Plusieurs personnes passent du grand chapiteau pour se mouvoir au rythme du duo So-Cool.</p>
Cette conclusion s'impose après un passage au Camping Beau-Lieu pendant son festival country, qui s'est terminé hier. Malgré la chaleur, il y avait foule sous le grand chapiteau pour le spectacle de Country Flash samedi et pour danser au rythme du duo So-Cool.
« C'est une année record pour nous, soutient le propriétaire du camping, Serge Ménard. Québec Issime n'a pas d'impact sur nous. Après neuf ans on est connus. Le bouche-à-oreille fait le travail. On a plus de 1200 personnes chaque jour pour les spectacles.
« En soirée, il n'y a plus de place pour s'asseoir, renchérit-il. Les gens doivent demeurer debout aux abords du chapiteau pour y assister. »
Le maître de cérémonie promet que la 10e édition sera encore meilleure.
« Quand t'as Claudette Dion, la soeur à Céline, le jeudi, avec Claude Stében, essaye d'imaginer ce qui va suivre », s'emballe Jean Poirier, qui n'a pas cédé à la tentation d'en révéler davantage.
À Québec Issime d'en profiter
Au dire de l'organisateur, Roger Corriveau, le spectacle Cow-boys: de Willie à Dolly pourra bénéficier de leur festival, et non l'inverse.
« Québec Issime dure six semaines et nous seulement une. Les gens qui viennent à notre camping vont voir Québec Issime plus tard », croit-il
C'est sans doute pourquoi Destination Sherbrooke tenait un kiosque au camping Beau-Lieu pour promouvoir le spectacle de Québec Issime. En après-midi samedi, plus de 200 billets étaient toujours disponibles pour la représentation de Cow-boys: de Willie à Dolly présentée en soirée.
« C'est le public cible rêvé, convient Florence Côté, agente de communication web chez Destination Sherbrooke. Il y a des gens de la Gaspésie et du Lac-Saint-Jean qui font la tournée des festivals country. Certains avaient déjà vu le spectacle de Québec Issime et étaient ravis. »
Et contrairement à l'an dernier avec le spectacle des 7 doigts de la main, les gens semblent prêts à piger dans leur porte-monnaie pour y assister.
« Le prix était vraiment un gros problème l'an dernier; les gens étaient rébarbatifs et trouvaient ça trop cher. À notre kiosque, personne ne soulevait cette problématique pour Cow-boys: de Willie à Dolly . »
Les festivaliers rencontrés semblaient leur donner raison. Plusieurs ont évoqué la possibilité d'aller voir Cow-boys: de Willie à Dolly au cours des prochaines semaines.
« On ne sait pas quand on va y aller, mais on va y aller! » soutenaient d'une même voix Lucien Sage et sa conjointe Madeleine Thibault-Sage après avoir enchaîné les pas du « Billy' s dance » et du « Sixteen steps ».
Gérard « Gerry » Desindes se tenait plus tranquille, mais n'en évoquait pas moins la possibilité de payer une visite à la place Nikitotek.
« J'en ai entendu parler et ça se peut que j'y aille. On va voir dans les prochains jours », indique celui qui passe ses étés au Camping Beau-Lieu depuis 11 ans.
Du country à l'année
Il suffit de s'intéresser quelque peu à la scène country sherbrookoise pour découvrir que ses amateurs peuvent se sustenter sur une base hebdomadaire. Au bar le Jay-Pee, rue Alexandre, tout comme au Rock & Bert, tout juste à côté rue King Ouest, la moitié des soirées sont consacrées à la musique western. Au Rock & Bert, le country vibre du jeudi au dimanche tandis qu'au Jay-Pee, des groupes alternent sur une base mensuelle pour animer les vendredis et samedis soirs country et que l'on tient des soirées de danse en ligne le dimanche.
« Le jeudi c'est le karaoké, mais c'est pas mal tout le temps country quand même ici », fait valoir la serveuse Diane Veilleux, qui soutient qu'une quarantaine de personnes profitent de la musique chaque semaine au Jay-Pee.