La pile qui... déçoit

La semaine dernière, dans la chronique Séance d'orthographe, je vous ai parlé des mots qui ont été enregistrés comme marques de commerce et qu'on ne peut pas utiliser comme bon nous semble, à moins de citer le nom du détenteur de ladite marque.
Malheureusement, il est aussi possible de protéger un slogan, et c'est ce que vient de faire la compagnie Energizer (remarquez le petit TM/MC à côté) dans sa plus récente publicité au Québec.
Ce faisant, elle n'est même plus obligée de le traduire, car le Canada est signataire d'accords internationaux sur la protection des marques de commerce (c'est d'ailleurs en vertu de la même entente que de nombreux commerces d'origine étrangère refusent toujours d'ajouter un générique français à leur bannière au Québec).
Personnellement, j'avoue ne pas comprendre cette attitude. Il me semble que, si j'étais le directeur marketing d'une multinationale, je m'efforcerais d'adopter la langue de ma clientèle dans chaque pays, pas seulement par pure courtoisie, mais vraiment avec l'idée d'accroître mes ventes.
Visiblement, ce n'est pas tout le monde qui est de cet avis. L'ancien slogan, « la pile qui dure encore et encore », semble avoir été relégué à la boîte à souvenirs.
Bref, si ce genre d'attitude vous dérange ou que vous souhaitez qu'Energizer révise sa position, faites-le savoir la prochaine fois que vous devrez acheter des piles.
 
Ne manquez pas la chronique Séance d'orthographe tous les samedis dans La Tribune.
Vous avez croqué des perles de toutes sortes? Vous pouvez nous les faire parvenir à l'adresse suivante : steve.bergeron@latribune.qc.ca.