La mairesse de Notre-Dame-de-Ham claque la porte

Quelques mois à peine après avoir été sur les rangs pour l'obtention du prestigieux prix du leadership municipal Jean-Marie-Moreau, la mairesse de Notre-Dame-de-Ham, Diane Lefort, a claqué la porte du conseil à la suite de désaccords à répétition avec ses conseillers.
Selon le conseiller municipal Pascal Paquette, c'est l'épineux dossier visant à permettre le passage de VTT dans les rues du village qui a fait déborder le vase. En décembre dernier, les membres du conseil municipal ont voté massivement en faveur d'un règlement permettant l'accès aux VTT, alors que la mairesse s'inscrivait en faux.
Dans la missive qu'elle a déposée au bureau municipal, l'élue a dit quitter ses fonctions le coeur gros et avec l'impression qu'elle pouvait encore en faire beaucoup afin de revitaliser sa municipalité. On comprendra à l'analyse du document que la mairesse avait été forcée de s'excuser à quelques reprises pour des propos tenus envers des opposants. Elle aurait peut-être même pu faire l'objet de poursuites.
Diane Lefort est la troisième mairesse à quitter ses fonctions dans la MRC d'Arthabaska depuis les élections de novembre 2009. Paul-Émile Simoneau de Tingwick et Claude Lampron de Sainte-Séraphine avaient fait de même au cours de la dernière année.