La liste d'attente s'allonge dans les CHSLD

Pas moins de 119 personnes attendaient d'avoir une place dans un centre d'hébergement et de soins de longue durée (CHSLD) de l'Estrie en septembre dernier. Un an plus tôt à la même période, il y avait 66 personnes sur cette même liste d'attente. Cette augmentation de 80 % a suscité une vive inquiétude à l'Association québécoise des retraités des secteurs publics et parapublics de l'Estrie (AQRP).
<p>Lynda Périgny</p>
«Pour nous, c'est une donnée très inquiétante en période d'austérité budgétaire. Les aînés sont des personnes très vulnérables. Est-ce qu'on coupe dans leurs services parce qu'on sait qu'il est difficile pour eux de se défendre?» s'interroge André Castonguay, président régional.
Oui, la liste d'attente s'est allongée. C'est une situation exceptionnelle, une première depuis 2008, assure Lynda Périgny, directrice de la Direction des services, des affaires médicales et universitaires de l'Agence de santé et des services sociaux de l'Estrie.
«On ne peut pas expliquer exactement pourquoi il y a eu une telle hausse. Il y a des périodes plus engorgées et des périodes où ça va bien; c'est variable à l'intérieur d'une année», précise Mme Périgny.
«Il est important de souligner que trois personnes sur quatre admises ont attendu moins de 30 jours en 2014-2015. Plus important, c'est que les personnes âgées ne sont pas en danger quand elles attendent leur admission en CHSLD : elles reçoivent des services à domicile, incluant les résidences privées pour aînés», ajoute Mme Périgny.
La cible du ministère de la Santé et des Services sociaux est de compter entre 2,5 et 2,8 lits en CHSLD pour 100 personnes de 65 ans et plus. L'Estrie, avec ses 1495 places, atteint la cible avec un taux de 2,7 lits par 100 habitants de plus de 65 ans.
L'Estrie compte une proportion plus importante de personnes de 65 ans et plus que le reste du Québec, soit 19,3 % comparativement à 17,1 %.
«Quinze places supplémentaires seront rendues disponibles d'ici la fin de l'année dans la MRC de Memphrémagog où la cible était plus basse qu'ailleurs en Estrie, et aucune place en CHSLD n'a été fermée au cours de l'année», ajoute Lynda Périgny.
Soutien à domicile
Il ne faudra pas s'attendre à voir pousser des centres d'hébergement au cours des prochaines années, même si le vieillissement de la population continue de s'accentuer. Depuis les années 2000, «notre orientation est dans le soutien à domicile», précise Mme Périgny.
«Tous les efforts de l'organisation de services des établissements convergent vers le soutien à domicile des personnes âgées afin de les maintenir le plus longtemps possible dans leur milieu de vie. C'est évidemment pour répondre au souhait de la population, qui préfère rester à domicile le plus longtemps possible avant d'intégrer un CHSLD.»